Des loups s'échappent dans la nature entre Lozère et Aveyron après une effraction au parc du Gévaudan

Un portillon de la partie scientifique du parc du Gévaudan (Lozère), aux confins de l'Aveyron, a été fracturé dans la nuit de lundi à mardi permettant à six loups de s'échapper.

C'est la partie scientifique du parc des loups du Gévaudan, situé à Sainte-Lucie, et qui n'est  pas accessible au public qui a été fracturée.

Six loups parmi la trentaine qu'elle accueille se sont échappés, dont deux ont été repris depuis, a-t-on appris auprès de l'Office nationale de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS).


Des gardes de l'ONCFS ont été chargés d'une "battue à blanc" pour retrouver les animaux qui se sont enfuis.

Le site est géré par la Société d'économie mixte de la Lozère (Selo), qui dépend du département. 

Comme dans d'autres départements, notamment dans l'Aveyron ou dans le lot, la présence du loup en Lozère suscite régulièrement la controverse, principalement entre des éleveurs de brebis se plaignant de prédations régulières et des organisations de défense des animaux.

Le 11 février dernier, sur l'Aubrac, une louve avait été photographié par un dispositif automatique de l'association Alliance avec les Loups, qui estime que cet animal était alors probablement en gestation.

Un loup peut parcourir 70 à 80 km par jour. Le canis lupus n'est toutefois pas réputé s'attaquer à l'homme. Il ne s'approche pas des villages et demeure la plupart du temps invisible, même si des attaques, rares, sont toujours possibles.

Le "canis lupus", revenu dans les années 1990 par l'Italie et concentré dans le sud-est, a vu sa population tripler en 10 ans en France, de 100 à 300 environ, selon les estimations de l'ONCFS.

Voir le reportage d'Alexandre Grellier et de Yannick Le Teurnier :
Un portillon de la partie scientifique du parc du Gévaudan (Lozère), aux confins de l'Aveyron, a été fracturé dans la nuit de lundi à mardi permettant à six loups de s'échapper