Lozère : Mont Roucous relance son offre de reprise sur l'Eau de Quézac

Mont Roucous, le groupe Nérios, a assuré "après réflexion" maintenir son offre de reprise des eaux Quézac, en Lozère.

Près de 80 millions de bouteilles d'eau gazeuse sortent, chaque année de l'usine lozérienne de Quézac-Ispagnac.
Près de 80 millions de bouteilles d'eau gazeuse sortent, chaque année de l'usine lozérienne de Quézac-Ispagnac. © Max PPP
Dans un communiqué le groupe Nérios assure "après réflexion" que son offre de reprise des eaux Quézac, en Lozère, "reste d'actualité". Son président Jean-Claude Lacaze avait jeté l'éponge il y a deux jours au cours d'un comité d'entreprise houleux.

Comité d'entreprise houleux


"Lors du CE extraordinaire qui s'est tenu sur le site de Quézac le 10 mai dernier, nous avons volontairement quitté la réunion en cours, face à la forte hostilité et l'opposition de la CGT qui a refusé la présentation de notre projet industriel", écrit encore le groupe.

Neslté Waters France a déploré les agissements de certains syndicalistes CGT du site qui compromettent l'avenir de Quézac et (pris) acte de la décision de Nérios Groupe, dans un contexte de tensions, de maintenir son offre de reprise du site de Quézac".

Notre président, M. Jean-Claude Lacaze, devait présenter des modifications importantes (...), notamment sur le niveau des investissements qui évoluaient, par rapport au premier projet présenté, de 1,2 million d'euros sur 3 ans à 3,2 millions d'euros sur 3 ans", poursuit le texte de Nérios.


"D'autre part, le volume d'emploi passerait à 34 salariés (conservés) au lieu de 30" sur les 54 CDI actuels, précise encore le groupe. C'est ce volet social qui est fortement contesté par les syndicats et certains élus locaux. Des pertes de salaires de 20 à 30% et l'abandon de l'ancienneté sont notamment dénoncées.

"Nous déplorons fortement le climat dans lequel nous avons été accueillis sur le site, notamment par la CGT", ajoute le communiqué, le groupe disant se réserver " la possibilité d'une procédure judicaire".

L'offre de reprise reste d'actualité


Mais "après réflexion", assure Nérios, "nous tenons à préciser que notre offre de reprise reste d'actualité". Âgé 60 ans, Jean-Claude Lacaze ancien directeur chez Danone et fondateur à Toulouse du groupe Nérios, propriétaire des eaux Mont Roucous, avait été présenté comme un repreneur possible par Nestlé Waters en mars dernier.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie social emploi alimentation société entreprises