Coronavirus : le cri d'alarme des producteurs de lait, ils le distribuent gratuitement pour éviter de le jeter

Distribuer gratuitement leur lait pour éviter de le jeter, c’est l’objectif de l’opération menée par les producteurs de lait sur le marché de Mende. En pleine crise sanitaire, leur situation devient "alarmante" ils voient leurs ventes s'effondrer.

Les laitiers distribuent ce samedi matin, 10 000 litres de laitiers aux habitants de Mende - 18.04.20
Les laitiers distribuent ce samedi matin, 10 000 litres de laitiers aux habitants de Mende - 18.04.20 © A. Pouget
Ce samedi matin sur le marché de Mende, un surprenant camion a pris place. Une citerne réfrigérée contenant 10 000 litres de lait s’est avancée avec à son bord, cinq producteurs (deux de Lozère et trois d’Ardèche). Ces laitiers se sont déplacés pour une distribution gratuite de leur lait, une opération menée par la Coordination rurale. L’objectif : dénoncer les difficultés rencontrées par les laitiers au cours de cette crise sanitaire.
 

C’est une action ponctuelle, on ne souhaite pas avoir à réitérer l’opération. Mais plutôt que de mettre à la poubelle ce lait, on a préféré l’offrir aux consommateurs du marché de Mende", explique Alain Pouget, président de la Coordination Rurale

 
Les Mendois étaient invités à venir avec leurs bouteilles et récipients pour récupérer le lait - 18.04.20
Les Mendois étaient invités à venir avec leurs bouteilles et récipients pour récupérer le lait - 18.04.20 © A. Pouget
 

Consommer autrement

Sur la place Urbain-V de Mende, la file d'attente s'allonge. Les Mendois sont au rendez-vous pour récupérer le lait. "On a souhaité distribuer gratuitement le lait afin de sensibiliser les gens. L'objectif c'est de renouer le dialogue avec la population afin de leur donner un regard différent sur la consommation", poursuit Alain Pouget. 
 

C'est une action symbolique forte, certains nous donnent de l'argent malgré tout en marque de soutien. 
 

Destiné à approvisionner le marché de Rungis - qui tourne au ralenti suite à la fermeture des restaurants - ce lait stagne désormais chez les producteurs. Pourtant, le 8 avril dernier, le ministre de l'Agriculture, Didier Guillaume, a fait appel à la solidarité européenne pour "stocker" le lait produit en excédent dans toute l'Union européenne afin d'alléger le poids de la crise du coronavirus sur les épaules des producteurs et de l'industrie laitière.

Mais la réalité de la situation est toute autre pour ces producteurs qui voient leurs finances dans le rouge. Vendre leur lait, devient désormais vital pour bon nombre d'entre eux. 
 
Les files d'attente s'allongent sur le marché de Mende - 18.04.20
Les files d'attente s'allongent sur le marché de Mende - 18.04.20 © A. Pouget
 

Assurer la collecte laitière


Vendredi 17 avril, les producteurs ont rencontré la préfète de la Lozère, Valérie Hatsch. L’objectif : trouver une solution pour assurer la collecte laitière des groupes laitiers.

"Il faut absolument que les grands groupes laitiers privés ou coopératifs acceptent de jouer cette carte. On sait que s'ils achètent le lait, le prix ne sera pas au rendez-vous mais malgré tout cela permet aux petits producteurs de continuer à travailler", ajoute Alain Pouget.
 
Depuis plusieurs mois, les agriculteurs ont mené de nombreuses actions pour dénoncer leur précarité. Par cette opération, le président de la Coordination Rurale souhaite mettre en lumière ces petits producteurs plus que jamais menacés : 

"Il y a un important aspect psychologique dans cette crise rencontrée par les agriculteurs. On a eu suffisamment de suicides au sein de la population agricole, il ne faut pas que ce taux augmente pendant la crise".

D'ici la semaine prochaine, ces laitiers espèrent obtenir des aides pour surmonter cette crise sanitaire. Si la situation perdure d'autres actions sont déjà envisagées par ce syndicat agricole. 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
agriculture économie solidarité société coronavirus santé
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter