Mende : avec la nouvelle répartition des forces de sécurité, le commissariat pourrait fermer ses portes

En novembre dernier, le ministère de l'Intérieur a publié le Livre blanc de la sécurité intérieure. Le document prévoit la fermeture des commissariats dans les villes de moins de 30 000 habitants. En Lozère, le commissariat de Mende, ville de 12 000 habitants est directement concerné. 

Le commissariat de Mende compte 82 fonctionnaires de police.
Le commissariat de Mende compte 82 fonctionnaires de police. © Google Maps

Dans tout le département de la Lozère, un seul commissariat. Il est abrité dans la ville préfecture, Mende. Mais voilà qu'il pourrait bientôt fermer ses portes. Le Livre blanc de la sécurité intérieure, publié en novembre dernier prévoit en effet, la fermeture des commissariats dans les villes de moins de 30 000 habitants. 

Un seul commissariat sur l'ensemble de la Lozère

Or Mende compte 12 000 habitants, la ville pourrait donc être directement concernée. L’objectif de cette mesure : mutualiser les forces de sécurité pour mieux les répartir. Mais sur le territoire, élus et fonctionnaires de police ne voient pas cette annonce d'un très bon oeil. 

Ils estiment que cette nouvelle mesure se fait une nouvelle fois au détriment des départements ruraux, bien souvent isolés et dans lesquels la situation est particulière.

Quand on perd un service de l’Etat ce n’est jamais bon sur un territoire. C’est une question d’égalité de territoires, je ne peux pas imaginer qu’une ville préfecture soit dépourvue d’une délégation de service publique.

Sophie Pantel, Présidente du conseil départemental de la Lozère

Compétence déléguée à la gendarmerie

Si la fermeture venait à se concrétiser, la sécurité serait désormais assurée uniquement par la gendarmerie. Pour le maire de Mende, Laurent Suau, c'est inconcevable, "si c’est la gendarmerie qui s’occupe du territoire on y perdra en effectifs. Ça ne sera pas la même qualité."

Actuellement, 82 fonctionnaires de police travaillent au sein de ce commissariat. Laurent Suau craint que sa fermeture entraîne un regain de déliquance sur son territoire. 

J’ai écrit au ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin, pour lui rappeler la spécificité de notre territoire. Ici, si on n’a pas de délinquance c’est justement parce qu’on a un commissariat avec des personnels efficaces.

Laurent Suau, maire de Mende

Une zone blanche entre Rodez et le Puy-en-Velay

Les commissariats les plus proches de ce territoire seraient désormais ceux du Puy-en-Velay et de Rodez, à environ 1h45 de route de Mende. "La fermeture de ce commissariat créerait une zone blanche, au regard de la couverture police entre Rodez et le Puy-en-Velay. On ne peut pas avoir une zone blanche aussi large, surtout avec la RN88 qui passe au milieu", précise la présidente du conseil départemental de la LozèreDe son côté, elle a également écrit une lettre au ministre de l'Intérieur pour lui faire part de ses inquiétudes. 

Elle ajoute, "le commissariat de Mende est ouvert 24h/24, ce n’est pas le cas de certaines brigades de gendarmerie sur le territoire qui ont des heures d’ouverture plus restreintes. En aucun cas, je n’oppose ces deux forces, je pense qu’elles sont complémentaires sur l’ensemble du territoire. Nous avons besoin des deux en Lozère".

Vers la fermeture d'autres entités ?

Autre inquiétude, d'autres entités directement rattachées à ce commissariat pourraient être amenées à disparaître. C'est le cas de la maison d'arrêt ou du Tribunal de grande instance. "Tout ce qui se passe en France est réfléchit depuis Paris. Le problème c’est que ces nouvelles mesures ne sont pas adaptées aux petits territoires comme les nôtres. Elles sont souvent loin de la réalité. Mais je reste confiant, on a l’habitude, on ne rentre jamais dans les cases".

Le document prévoit malgré tout des exceptions. Il stipule, "le ministre doit conserver la faculté de s'écarter de ces principes au regard de toute situation particulière". Tous espèrent que leur voix sera entendue. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sécurité société police ruralité politique