PHOTOS. "Il aurait pu y avoir des morts", le gérant d'un camping de Lozère furieux après la chute d'une voiture sur un mobil home

Au petit matin, une voiture est tombée d'une route départementale sur le mobil home d'un camping situé en contrebas. Les locataires sont indemnes et ont dû être relogés. Un passager est blessé. Le gérant du Capelan à Meyrueis (Lozère) dénonce depuis trois ans la vitesse excessive et le manque de sécurité sur cet axe au niveau de son établissement. Il demande des aménagements.

Il était un peu moins de cinq heures du matin lorsque les occupants d'un mobile home du camping Le Capelan de Meyrueis en Lozère ont été réveillés par un grand choc dans leur logement de vacances. Une voiture venait de s'écraser sur le toit et la terrasse, tombée de la route départementale 996 située en surplomb. Miraculeusement indemnes, ces cinq touristes ont été relogés dans un autre établissement de plein air, Le Capelan et ses 110 emplacements étant complet jusqu'à la fin du mois d'août.

Dans la voiture se trouvaient trois jeunes de la commune. L'un des passagers a été blessé. L'enquête de gendarmerie devra déterminer s'ils étaient ou pas sous l'emprise de substances ou d'alcool. Ce mercredi, le gérant s'apprêtait à aller porter plainte contre l'automobiliste et attendait le passage des experts en assurance. Joint par téléphone, Vincent Flandin ne décolérait pas.

Le combat du gérant

Non seulement il perd un emplacement qui devait être loué jusqu'à la fin de la saison, mais il alerte sur la situation depuis qu'il a racheté Le Capelan en 2020.

C'est scandaleux ! Ce n'est pas qu'un accident, il y a un terrain propice. Et même si ce n'est pas de ma responsabilité, je vais me battre jusqu'au bout pour mettre les gens en sécurité.

Vincent Flandin, propriétaire du camping Le Capelan à Meyrueis (Lozère)

Une route qui coupe le camping en deux

En effet, pour rejoindre la piscine de l'établissement, de l'autre côté de la RD 996, les vacanciers doivent traverser cette route qui surplombe leurs mobile homes, situés eux au bord de la rivière La Jonte. Un axe sur lequel la vitesse maximale autorisée est de 90 km/h, au grand dam de Vincent Flandin : "je n'accepterai jamais qu'on roule à 90 km/h dans mon camping !"

Aménagements réclamés

Même s'il nous confie être "aux normes aux yeux de la commission de sécurité", il avait obtenu la mise en place de chicanes et de balises il y a un mois, mais elles ont été retirées. Un passage piétons a bien été installé, mais il manque encore deux panneaux de signalisation. Il en appelle au Conseil départemental de Lozère, en charge du réseau routier secondaire, et à la DDTM (Direction Départementale des Territoires et de la Mer), qui supervise leur entretien

Le conducteur sous l'emprise de stupéfiants ?

De son côté, le conseil départemental de Lozère, dans un communiqué, dit être "en attente des rapports détaillés de nos services et des services de gendarmerie". 

En l’état de nos connaissances, nous ne pouvons pas commenter les circonstances exactes dans lesquelles le conducteur a perdu le contrôle de son véhicule, même si certains éléments laissent supposer qu’ils seraient dus à une prise de stupéfiants, sous réserve d’une confirmation de l’enquête.

Communiqué du conseil départemental de Lozère

Le Département rappelle que tout conducteur doit être maître de son véhicule.