METEO. Pourquoi le thermomètre est descendu à -14°C en Lozère ? On vous explique le phénomène des "trous à froid"

Ces derniers jours, des températures de -14°C ont été enregistrées en Lozère. Celles-ci concernent des endroits très localisés, des "trous à froid", un phénomène que l'on vous décrypte dans cet article.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Ce mercredi 7 décembre à 5 heures du matin, le thermomètre affichait -14°C à Saint-Alban-sur-Limagnol, en Lozère. Cela peut sembler impressionnant, pourtant ce n'est même pas la température la plus basse enregistrée cette année.

Le thermomètre affichait ainsi -14,9°C la veille, mardi 6 décembre, selon l'association Infoclimat

La commune est située dans ce que l'on appelle un "trou à froid". Ce drôle de nom désigne les températures dites extrêmes, allant généralement de -10°C à -20° à des endroits très localisés. Ce phénomène a lieu dans les vallées, particulièrement lorsqu'il s'agit de "zones de relief très encaissées" selon Cyril Bonnefoy, météorologue à La Chaine Météo.

Un phénomène physique bien connu

Les vallées des Alpes, des Pyrénées, du Jura ou encore du Massif central, comme à Saint-Alban-sur-Limagnol sont propices au développement de ce phénomène.

L'air froid est densément plus lourd que l'air chaud, donc il se retrouve en fond de vallée. Lorsque la nuit est claire, sans nuage et sans vent, l'air froid "coule et descend le long des pentes". "Si le ciel est dégagé la nuit, il n'y a pas de couverture nuageuse pour retenir le peu de douceur emmagasiné la journée", explique Cyril Bonnefoy. Et si plusieurs nuits s'enchaînent dans ces conditions, ce froid s'accumule sans pouvoir s'échapper de la cuvette et s'accentue au fil des jours.

Ce mécanisme s'opère particulièrement lorsque des chutes de neige viennent de se produire, comme c'est le cas en Lozère ces derniers jours. L'effet de réverbération du soleil est plus fort lorsque les sols sont enneigés, ce qui contribue à garder le froid au sol et créé cet effet de "trou à froid". 

Un record à -41°C dans un trou à froid

Ces gelées très localisées se produisent généralement tout l'hiver, entre septembre au début d'automne et juin à la fin du printemps mais il est déjà arrivé d'avoir des "trous à froid" durant l'été. A Mouthe, dans le Doubs, des températures avoisinant les -4°C degrés ont déjà été enregistrées en juillet et août.

Ce village tient aussi le record de la température la plus froide enregistrée à -41°C en janvier 1985.