Montpellier : les sept vignerons héraultais et gardois toujours en garde à vue

200 agriculteurs sont réunis devant l'hôtel de police de Montpellier ce mardi 16 janvier. / © FR3 Occitanie / Franck Detranchant
200 agriculteurs sont réunis devant l'hôtel de police de Montpellier ce mardi 16 janvier. / © FR3 Occitanie / Franck Detranchant

200 viticulteurs sont venus soutenir sept des leurs ce mardi 16 janvier, interpellés la veille à 6 heures du matin.

Par RD

Les deux vignerons du Gard et les cinq vignerons de l’Hérault interpellés lundi sont toujours à l’hôtel de police de Montpellier ce mardi 16 janvier.

Leur garde à vue a été prolongée. Ils sont entendus pour une trentaine d'affaires, concernant notamment des actions coup de poing menées contre l'importation de vins espagnols.




Devant l’hôtel de police, 200 vignerons environ sont réunis aujourd’hui pour soutenir leurs collègues. C’est deux fois plus que la veille. Tous attendent des informations, qui tombent seulement au compte-goutte.

© FR3 Occitanie / Franck Detranchant
© FR3 Occitanie / Franck Detranchant


C’est la première fois qu’un tel événement arrive, et les agriculteurs sont abasourdis : "c'est une affaire qui est très cadenassée", constate Nicolas Boudon, secrétaire général adjoint des Jeunes Agriculteurs du Gard.

On a l’impression que c’est sept truands qui sont enfermés là-dedans, alors que c’est des viticulteurs honnêtes qui attendent qu’une chose, se retrouver au milieu de leurs vignes !


Vignerons en garde à vue : "C'est des viticulteurs honnêtes !"

Lionel Puech, co-président des Jeunes agriculteurs du Gard, a précisé à l’AFP qu'une vingtaine d'autres agriculteurs avaient été convoqués pour être entendus librement.

Face aux viticulteurs, des policiers en tenu anti-émeute interdisent l'accès au bâtiment. Dans l'après-midi, la tension est montée entre forces de l'ordre et vignerons en colère. Ceux-ci ont placé et incendié des poubelles sur la ligne du tram 3, passant juste devant l'hôtel de police. Pendant deux heures, la circulation du tram a dû être déviée.




Les syndicats viticoles ont multiplié depuis 2016 les coups d'éclat pour dénoncer les importations de vins étrangers, en particulier espagnols, en concurrence directe avec les productions languedociennes, et l'attitude des négociants et de la grande distribution.

Parallèlement, des actions violentes - incendies, dégradations - signées par le Crav (Comité régionale d'action viticole) ou ses émanations locales (Cav, comité d'action viticole), sorte de bras radical de la viticulture languedocienne, ont aussi redémarré, comme c'est le cas depuis des décennies en temps de crise de la profession. Elles ont visé notamment des négociants en vin.

A lire aussi

Sur le même sujet

Sète (34) : les Assises de la mer et la visite du ministre de l'Agriculture

Les + Lus