Cet article date de plus de 5 ans

Morante en son palais

Sa Majesté Morante de la Puebla retrouve Sa Maestranza, son palais, son temple, sa profondeur et Sa Magie. El Juli joue ses arguments mais se fait accrocher et blesser, une nouvelle fois sur ce sable. Quant à Roca Rey, il prouve qu'il est vraimment le torero du renouveau et de la fraîcheur
Le  temps s'arrête, c'est l'âme et le corps de Morante qui toréent. Plus de douze mille Olé rugissent d'une seule et même voix
Le temps s'arrête, c'est l'âme et le corps de Morante qui toréent. Plus de douze mille Olé rugissent d'une seule et même voix © Maestranza, DR
Vendredi 15 avril 2016
Feria de Séville
Plaza de Toros de la Maestranza.18h30.

Morante de la Puebla : silence et deux oreilles
El Juli : salut au tiers et salut au tiers
Roca Rey : une oreille et salut au tiers
Six toros de Joaquin Nuñez Del Cuvillo (de 535 à 569 kg ; moyenne : 547) minimalement piqués (douze contacts) vu leurs pattes en cristal. Il devrait y avoir un point du règlement qui permette aux lanciers de passer leur chemin, « un p’tit tour et puis s’en vont » quand sort tant fragile et cotonneux bétail.
Accroché en fin de série par le 5ème toro, El Juli souffre d'une cornada de 15 cm à la fesse droite. Pronostic "grave" selon le bulletin médical
Accroché en fin de série par le 5ème toro, El Juli souffre d'une cornada de 15 cm à la fesse droite. Pronostic "grave" selon le bulletin médical © Maestranza, DR

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
signes du toro culture tauromachie