Narbonne : 6 arrestations après le démantèlement d'une arnaque à la vente de voitures sur internet

L'escroquerie était bien rodée. Mais les gendarmes de Narbonne ont mis fin à cette arnaque sur internet, après une enquête de 5 mois. 6 personnes ont été interpellées principalement dans la métropole de Montpellier et à Béziers, pour un préjudice de plus de 300 000 € sur au moins 11 victimes.

Illustration.
Illustration. © MAXPPP Philippe NEU

L'opération s'est déroulée en début de semaine. 45 gendarmes ont perquisitionné plusieurs maisons à Béziers, Castelnau-le-Lez et Montpellier dans le cadre d'une escroquerie en bande organisée sur internet. 6 personnes ont été arrêtées, et des voitures et des biens saisis. Il s'agit d'individus âgés de 20 à 30 ans, inconnus jusque là de la justice.

L'enquête ouverte en septembre dernier a permis le démantèlement d'un réseau "particulièrement malicieux" d'arnaque par achats de véhicules d'occasion sur le site leboncoin.fr a expliqué le procureur de la République de Narbonne, Eric Camous.
Au moins 11 victimes ont été recensées pour un préjudice total de plus de 300 000 euros.

Parmi les 6 personnes interpellées, 4 ont été mises en examen, elles encourent jusqu'à 10 ans de prison.

Un système simple de copie d'annonces difficilement détectable

Tout d'abord, un malfaiteur sélectionne un véhicule mis en vente sur le site leboncoin.fr. Une voiture récente plutôt haut de gamme...
Il copie l'annonce originale et en met une nouvelle similaire en ligne sur le même site.

A ce stade, l'annonce de vente du véhicule est publiée 2 fois, mais rien ne l'interdit.

Le malfaiteur attend qu'un acheteur se signale. Une fois les négociations faites et un accord conclu, l'acheteur potentiel doit adresser un SMS avec l'image d'un chèque de banque pour payer la vente. C'est à ce moment là que le mode opératoire "subtil" devient illégal.

En possession de la photo du chèque de banque, l'escroc et faux vendeur l'envoie alors au vrai vendeur comme s'il était un acheteur potentiel. Ce dont le propriétaire du véhicule ne peut se douter, d'autant que les vérifications bancaires sont positives et confirmées par une fausse pièce d'identité.

Le malfaiteur fixe alors un rendez-vous au vendeur pour récupérer la voiture. Il lui donne un chèque de banque falsifié reproduction exacte de la photo de celui du SMS et présente la fausse pièce d'identité. L'homme peut ainsi repartir avec la voiture.
Le vendeur s'aperçoit du subterfuge plusieurs jours plus tard quand le chèque de banque falsifié est refusé.

La gendarmerie de l'Aude demande la plus grande prudence aux acheteurs de voitures d'occasions sur internet car d'autres bandes organisées sont toujours actives et continuent ce genre d'arnaque sur les sites de vente en ligne.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société faits divers automobile économie internet police sécurité