Cet article date de plus de 5 ans

Nicolas Sarkozy provoque l'indignation de familles de victimes de Merah

L'ancien président de la République a indiqué que quand il était au pouvoir il n'y avait eu aucun attentat en France entre 2002 et 2011, omettant les attaques de Merah à Toulouse et Montauban sous sa présidence en mars 2012. La famille d'Abel Chennouf est indignée. 
Nicolas Sarkozy
Nicolas Sarkozy © AFP
"J'ai été en charge de la sécurité de la France de 2002 à 2012. De 2002 à 2011, il n'y a pas eu un seul attentat en France." Par cette déclaration, le mercredi 2 décembre sur Europe 1, l'ancien président de la République Nicolas Sarkozy a déclenché la colère et l'indignation de familles de victimes des attentats de Mohamed Merah, survenus en mars 2012 sous sa présidence.

Si le président des Républicains ne s'est pas factuellement trompé sur la période 2002-2011 (sauf les attentats en Corse), sa volonté d'omettre la période des premiers mois de 2012 alors qu'il était encore (jusqu'en mai) Président de la République a fait promptement réagir la famille Chennouf, dont le fils Abel a été tué à Montauban en mars 2012 par Mohamed Merah. Une omission relevée notamment par le Huffington post
vidéo sarkozy attentat
Dans un communiqué, les avocats de la famille Chennouf, Maître Dubreuil et Picard, déplorent cette omission et dénoncent "l'indécence" de ces déclarations "à l'égard des familles des victimes, toujours plongées dans la douleur". Des déclarations qui "témoignent d'un profond irrespect pour la mémoire des victimes. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
affaire merah justice société attentats de paris faits divers terrorisme