Nîmes, feria de Pentecôte. Vendredi : la torería de Juan Leal

Juan Leal a loupé ses estocades et n'a coupé qu'une oreille cette après midi… / © Hervé Poularda
Juan Leal a loupé ses estocades et n'a coupé qu'une oreille cette après midi… / © Hervé Poularda

Une corrida compliquée, mais intéressante, de Partido de Resina (ex Pablo Romero) et deux toreros français décidés à sortir de l'anonymat : Thomas Dufau et Juan Leal. La feria de Nîmes est bien partie!

Par Joël Jacobi

Nîmes, vendredi 18 mai
Première corrida de la feria de Pentecôte.

6 toros de Partido de Resina de robe, de corpulence et de comportement conformes aux canons de cet élevage. Le 1 manso, distrait, tête toujours haute, en un mot impossible à toréer ("c'était une personne", dira Rafaelillo), le 5 très compliqué, le 2 et le 4 d'une trompeuse fadeur, les 3 et 6 les plus aptes à la tauromachie que les spectateurs (même les plus "toristas") exigent.

Rafaelillo : silence (un avis)  et silence (un avis).
Thomas Dufau : Vuelta (un avis) et silence.
Juan Leal  : salut au tercio et une oreille.



Rafaelillo, peu en verve, a fait le job.  
Thomas Dufau, très décidé, a fait preuve d'une grande audace cape en main et d'une vraie maîtrise à la muleta. L'épée aujourd'hui n'a pas fonctionné.
Juan Leal, catastrophique à l'estocade, a laissé cependant la meilleure impression. Un beau quite par zapopinas, deux faenas dans la lignée de Sébastien Castella, pleines de sang-froid et contenant des séquences au tempo parfait : tout un torero!


Juan Leal. Nîmes 18 mai. Troisième toro de Partido de Resina.

 

Sur le même sujet

Les + Lus