Noël : gel, masque, tête à tête ou en famille, comment passer son réveillon aux couleurs du COVID-19 en toute sécurité

Les annonces du premier ministre sont rassurantes. A partir du 15 décembre, le confinement part aux oubliettes pour laisser la place au couvre-feu avec une tolérance pour la soirée du 24 au 25 décembre. Comment organiser ce réveillon si spécial ? Avis d'un médecin.
© Simon Daval - Périples & Cie/ MaxPPP
Avec la crise sanitaire du Covid, le réveillon de Noël s'annonce très spécial cette année. Entre les optimistes, les inquiets, les inconditionnels, les originaux et ceux qui veulent une grande fête, plusieurs options se présentent. Avec en tête un seul objectif, passer un Noël agréable tout en limitant le risque de contamination. Pour en être sûr, nous avons sollicité Jacques Izopet, médecin virologue, chef de service du laboratoire de biologie du CHU de Toulouse.

Je veux fêter Noël avec toute ma famille

Pas question de changer les habitudes. Le réveillon de Noël se fait et doit se faire avec la famille au grand complet. Nous serons 25 à table, parmi lesquels des personnes âgées, des adultes de tout âge, des enfants et une seule table pour partager ce moment. C'est possible à condition de s'être montrer extrêmement prudent les jours qui précèdent l'événement. "Je vais jouer sur la responsabilité collective en demandant à mes convives de limiter les contacts au moins 7 jours avant le réveillon. Bien entendu, le lavage des mains sera obligatoire avant de rentrer à la maison, ainsi que l'aération des pièces toutes les heures".
 


L'avis du médecin :
"On ne peut pas empêcher les gens de vouloir se réunir en famille à Noël. Le bon sens veut que nous respections les gestes barrières, même à l'intérieur du cercle familial. Il faut garder en tête qu'il faut protéger les personnes les plus vulnérables. Car même si la situation sanitaire s'améliore, le virus circule toujours. Le taux de positivité se situe encore entre 5 et 10%"

Je veux que mes invités aient été testés négatifs deux jours avant le réveillon

Noël est une grande fête pour les enfants. Et après l'année difficile qu'ils viennent de passer en raison de toutes les privations imposées par la crise sanitaire, le repas de famille va nous permettre de décompresser. Mais pas n'importe comment. Au risque de paraître un peu strict, je vais demander à mes frères et soeurs et à leurs enfants adolescents de se faire tester. Ainsi tous les convives seront rassurés et pourront passer une fête sereine.
 


L'avis du médecin :
"Il n'y a pas d'obligation de se faire tester avant une réunion de famille. En revanche, si on a été en contact avec une personne positive ou si l'on a des symptômes, c'est impératif. Dans les autres cas, ce n'est pas nécessaire, car le test ne protège pas d'une contamination qui pourrait avoir eu lieu après la réalisation du test".

J'impose le lavage des mains, le port du masque et distanciation même à table 

Je n'arrive pas à renoncer à ce grand moment de joie qu'est Noël. Aussi, je me suis dit qu'inviter ma famille, revenait un peu à inviter du public. J'ai donc décidé d'appliquer les mêmes règles sanitaires qui sont mises en place dans les magasins et les cantines. J'ai prévu du gel hydroalcoolique pour le lavage des mains dès l'arrivée des convives. Je vais demander que le masque soit porté le plus souvent possible. J'ai également prévu une grande tablée qui va me permettre d'installer le couvert une chaise sur deux. Pour cela, j'ai été obligé de réduire à 15 le nombre de mes convives.
 


L'avis du médecin :
"Distanciation, lavage des mains, port du masque restent les mesures les plus efficaces pour empêcher les contaminations. Donc oui, le port du masque n'est pas rédhibitoire dans le cercle familial et je dirai même qu'il est fortement préconisé si des personnes âgées se trouvent parmi les convives.

J'organise le réveillon dans le jardin

Quand j'ai lancé les invitations, j'ai averti tout le monde. Echarpe, gants et bonnets obligatoires pour participer. Vient qui veut, mais c'est la seule façon pour moi de passer un Noël serein. Afin que la soirée ne tourne pas à l'hypothermie généralisée, j'ai loué des lampes chauffantes. J'ai prévu de sortir tout ce que j'avais de plaids et de couvertures. Evidemment, il vaut mieux ne pas craindre le rhume. Il faut juste croiser les doigts pour que le ciel soit dégagé. Un Noël à la belle étoile, ça restera gravé dans nos mémoires.
 


L'avis du médecin :
"Ce n'est pas ce que je préconiserai. Mais que ce soit en extérieur ou en intérieur, un des critères important à prendre en compte est le nombre de convives. Moins il y a de personnes, plus le risque de transmission du virus diminue."

Je prévois une table à part et une autre pièce pour mes parents âgés pendant le repas

Mes parents ont déjà pris leur billet de train. Fatigués du confinement, ils sont impatients de retrouver leurs petits-enfants. Ils ne m'ont pas prévenu, je n'ai plus qu'à m'adapter. Alors j'ai décidé qu'outre le gel, le masque et le respect des distanciations, ils prendraient leur repas dans une pièce séparée. C'est le seul moment où le port du masque ne sera pas obligatoire de la soirée. Il en va de leur sécurité. Donc je serai intraitable sur ce point.
 


L'avis du médecin :
"Il est difficile de cloisonner les personnes âgées. La prudence veut que l'on reste le moins longtemps possible avec une personne vulnérable. Distanciation et port du masque deviennent impératifs en leur présence. Ce sont les personnes âgées qui sont le plus susceptibles de développer des formes graves du virus".
 

Je passe Noël avec ma famille restreinte 

Toi et moi. Moi et toi. Ou moi tout seul. On se souviendra longtemps de ce Noël. La faute à la Covid qui perturbe nos plans. Mais c'est aussi un choix. Le choix de ne pas vouloir porter le masque, le choix de ne pas vouloir être un facteur de risque pour les autres et enfin le choix de vouloir se protéger du virus.
 


L'avis du médecin :
"C'est un choix individuel qui se justifie parfaitement en cette période d'épidémie. On n'est pas forcément obligé d'être nombreux à table pour passer un bon Noël".

Quoiqu'il en soit, la situation reste inédite. Un Noël-Covid, il y aura, en faisant preuve de bon sens et avec les gestes barrières qui font désormais partie de notre quotidien.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
noël événements sorties et loisirs covid-19 santé société