Nous vous révélons ce que cachent ces mystérieux cercles apparus dans le ciel de la région Occitanie

Régulièrement sur les régions d'Occitanie et de Nouvelle-Aquitaine, des cercles parfaits apparaissent dans le ciel. Essais de l'avionneur Airbus ? Phénomène météorologique ? Ovni ? France 3 Occitanie vous dit tout sur cet étrange phénomène.

Deux cercles parfaits sont apparus dans le ciel du département du Tarn mardi 26 janvier.
Deux cercles parfaits sont apparus dans le ciel du département du Tarn mardi 26 janvier. © Jean-Pierre Menou

Le phénomène a animé les réseaux sociaux du Tarn. Mardi 26 janvier, deux cercles parfaits sont apparus dans le ciel bleu tarnais. Certains les ont même aperçus dans les départements voisins de l'Aveyron et de l'Hérault comme le montrent ces échanges sur le groupe Facebook Tarn Info.

Le phénomène a fait beaucoup réagir sur ce groupe Facebook du Tarn.
Le phénomène a fait beaucoup réagir sur ce groupe Facebook du Tarn. © Capture d'écran - FTV
Chacun y va de son hypothèse.
Chacun y va de son hypothèse. © Capture d'écran Facebook - FTV

Les hypothèses des internautes ne manquent pas : des vols d'essais de l'avionneur Airbus, implanté à Toulouse ; des chemtrails, source de nombreuses thèses complotistes ; des phénomènes météorologiques ; des extraterrestres ; un pilote endormi aux commandes de son avion tournant en rond...

Un avion avec un énorme radar sur le dos

La véritable raison, c'est Jean-Pierre Menou qui l'a découverte. Ce passionné de photo, à la retraite, était assez bien équipé pour apercevoir au bout de son objectif l'origine de ces cercles. Un avion comme on peut l'apercevoir sur cette photo, ci-dessous :

Jean-Pierre Menou, retraité tarnais passionné de photographie, a réussi à capturer l'origine de ces cercles
Jean-Pierre Menou, retraité tarnais passionné de photographie, a réussi à capturer l'origine de ces cercles © Jean-Pierre Menou - FTV

Mais à bien y regarder, cet appareil n'est pas comme les autres. L'énorme structure ronde située sur son dos, permet de l'identifier comme un Awacs, un avion radar de l'armée française construit à partir d’un Boeing 707 et basé sur la base aérienne 702 d’Avord, située dans Le Cher.

Des vols "circulaires" à répétition depuis le début de l'année

Pour en avoir la certitude, il suffit d'aller sur internet et trouver un site recensant les vols effectués en France, comme par celui-ci : http://www.ads-b.nl/. Il permet plus exactement de connaître en temps réel les déplacements des appareils militaires du monde entier. On y découvre ainsi que le Awacs FAF9025 a bien survolé le Tarn, dans la journée du 26 janvier, mais aussi la Nouvelle-Aquitaine, reproduisant à chaque fois un cercle parfait, comme le montre la capture d'écran ci-dessous. 

Comme le montre cette carte, l'Awacs FAF9025 a survolé le Tarn et la Nouvelle-Aquitaine en effectuant par deux fois un cercle parfait.
Comme le montre cette carte, l'Awacs FAF9025 a survolé le Tarn et la Nouvelle-Aquitaine en effectuant par deux fois un cercle parfait. © Capture d'écran - FTV

Mais ce vol n'est pas unique. Le 7, le 12, le 21, et le 27 janvier plusieurs Awacs de l'armée française ont reproduit la même figure circulaire plusieurs fois au-dessus de Castres (Tarn) mais aussi dans Le Cher, au large de la Sardaigne ou du côté de Perpignan.

Sa mission : détecter, communiquer 

Comme le rappelle le site du ministère de la Défense, le Awacs "assure les missions de détection, de communication et de commandement aéroportés. Ses tâches prioritaires sont la participation à la posture permanente de sûreté et la contribution à la dissuasion nucléaire. Fort de sa polyvalence, il effectue également un grand nombre de missions annexes telles que le contrôle et la coordination des missions de sauvetage au combat, l’accompagnement de raids ou encore la gestion de l’espace aérien".

L’Awacs reçoit comme mission de couvrir grâce à ses moyens radios et radar une certaine zone d’intérêt qui peut être située n’importe où sur le globe.

"Pour ce faire, il doit être à une certaine distance de cette zone d’intérêt et s’y tenir le temps de sa mission, nous explique-t-on au Sirpa Air le vendredi 29 janvier. Or, l’Awacs n’ayant pas la capacité de faire du vol stationnaire comme un hélicoptère, l’équipage de conduite de l’appareil va choisir d’effectuer un circuit qui pourra prendre la forme d’un cercle, d’un huit (dit butterfly) ou d’un hippodrome  (dit race track)".

Les zones d’orbite de l’AWACS sont disséminées un peu partout au-dessus du territoire national ainsi qu’en Europe pour lui permettre de couvrir l’intégralité de ces territoires.

L'armée précise que "si ces cercles sont apparus et sont restés visibles depuis le sol c’est que ce jour-là, l’avion produisait des trainées de condensation (nuées blanches à l’arrière des moteurs), le vent en altitude était très faible, la navigation extrêmement précise et le temps sur zone suffisamment long pour que l’on offre aux plus curieux la vision de ces anneaux concentriques suspendus dans le ciel".

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
insolite aéronautique économie armée société sécurité