Occitanie : la Région souhaite gérer plusieurs lignes ferroviaires, "le travail se poursuit" avec SNCF Réseau

La Région Occitanie pourrait bientôt détenir la gestion de deux lignes ferroviaires en Haute-Garonne et dans le Gard. Le gouvernement a publié un décret permettant aux Régions de se voir transférer des lignes, à leur demande. "Un désengagement" de la part du gouvernement, selon un élu régional.

Un décret autorise désormais les Régions à prendre la gestion de lignes ferroviaires.Michael Esdourrubailh
Un décret autorise désormais les Régions à prendre la gestion de lignes ferroviaires.Michael Esdourrubailh © Michael Esdourrubailh / MAXPPP.

"C’est une très bonne nouvelle" s’enthousiasme André Campagne, le maire de Marignac en Haute-Garonne. Ce village de 496 habitants pourrait bientôt être desservi à nouveau par le train, plus de 6 ans après la fermeture de la ligne Montréjeau-Luchon.

Dans un décret, l’Etat permet aux Régions, si ces collectivités le souhaitent, de se voir transférer des lignes ferroviaires.

En Occitanie, la Région souhaiterait donc reprendre la gestion de celle reliant Montréjeau à Luchon, longue de 36 kilomètres et fermée depuis 2014 en raison de son mauvais état."En train, nous sommes à 1h10 de Toulouse" affirme le maire de Marignac.

Notre territoire est isolé et en remettant en service cette ligne, nous espérons avoir un développement des activités liées au tourisme et même attirer de nouveaux habitants.

Un décret qui fait débat

Au-delà de la ligne Montréjeau-Luchon, une autre, dans le Gard cette fois-ci, intéresse la Région Occitanie : celle qui relie Alès à Bessèges. Une chose désormais possible suite à la publication du décret.

Dans un communiqué, le ministre délégué chargé des Transports, Jean-Baptiste Djebarri écrit : "Ce décret marque une nouvelle étape dans la concrétisation de l’effort inédit de l’Etat pour sauver et revitaliser les petites lignes ferroviaires, avec un plan d’actions de 6,5 milliards d’euros dans les 10 ans à venir."

Contacté par France 3 Occitanie, le vice-président de la Région chargé des Transports, Jean-Luc Gibelin affirme : "Ce décret marque de fait le désengagement de l’Etat. Ce n’est pas une bonne chose".

Les ministres se félicitent mais auraient dû assumer leurs rôles au niveau national, le réseau ferroviaire étant national.

Pour le moment, aucun accord n’a été trouvé entre la Région Occitanie et SNCF Réseau. "Leurs propositions sont trop coûteuses et les délais trop longs" selon Jean-Luc Gibelin.

Expérimentation imminentes

La Région Occitanie compte expérimenter plusieurs trains à partir de 2022 :

"La seule Région à proposer ce type d'alternatives et d'expérimentations" selon  le vice-président chargé des Transports, Jean-Luc Gibelin.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
travaux ferroviaires économie transports emploi