Opération "alerte rouge" : zoom sur les oubliés du spectacle en Occitanie, durement touchés par la crise du coronavirus

Cette semaine, une opération a été lancée afin de mettre en lumière les métiers de l'événementiel, fortement impactés par les annulations liées à la crise du coronavirus. À Vendargues ou encore Alès, des entrepreneurs ont éclairé en rouge le siège de leur entreprise.

Vendargues - Le siège d'une entreprise de location de matériel audiovisuel éclairé en rouge pour l'opération.
Vendargues - Le siège d'une entreprise de location de matériel audiovisuel éclairé en rouge pour l'opération. © DR
Lancée par le syndicat national des prestataires techniques pour le spectacle vivant et l'événement, "alerte rouge" est une opération qui vise à mettre en lumière les prestataires techniques du milieu de l'évènementiel. Fortement touchés par la crise du coronavirus, ils font face depuis de nombreux mois à des annulations d'évènements en cascade.

L'objectif de l'opération : éclairer en rouge les monuments des villes pour alerter sur leur situation et réclamer des aides spécifiques du gouvernement.  

"Des métiers de l'ombre"

Damien Mulot est PDG d'une entreprise de location de matériel audiovisuel à Vendargues, près de Montpellier. Il a éclairé pendant trois jours le siège de sa société en rouge - couleur de l'opération - afin de soutenir ce mouvement. 
 

L’objectif c’est de mettre en avant nos métiers qui sont habituellement des métiers de l’ombre. On essaye aussi d’expliquer aux institutions que l’on rentre dans aucune des catégories.

Damien Mulot, PDG d'une entreprise de location de matériel audiovisuel à Vendargues

Avec 5 salariés en CDI, et parfois jusqu'à 10 intermittents, il doit faire face à des charges importantes tous les mois. "Certains mois, on est descendu jusqu'à 80% de perte de chiffre d'affaires. Heureusement, en septembre, on est remonté à 50%", confie Damien Mulot. 
 
Vendargues - A l'intérieur de ses locaux le matériel de Damien Mulot était éclairé en rouge.
Vendargues - A l'intérieur de ses locaux le matériel de Damien Mulot était éclairé en rouge. © DR

Pour continuer à faire tourner son entreprise, Damien a décidé d'innover et de proposer des alternatives à ces clients. Il explique, "on a fait évoluer nos métiers, on fait beaucoup d’événements en virtuel, on a choisi d’investir là-dessus".

Des finances dans le rouge

Même constat pour Alexandre Coulet, gérant d'une société qui fournit des solutions techniques et scénographiques pour le live et l'événementiel. Il est  implanté à Alès, Chambéry et Paris, "on a besoin de retrouver une unité dans notre métier. La problématique de l’industrie culturelle et créative, c’est qu’on est souvent méconnus, on ne représente pas un consortium. Le fait d’être reliés, d'avoir une unité de couleur on nous remarque. Le rouge est la couleur, bien appropriée pour notre action, ça représente le fait que l’on souffre, mais aussi le cœur, car nous sommes des passionnés de notre métier". 

Lui aussi participe à cette opération. Jusqu'à demain, vendredi 18 septembre, il éclaire les locaux de son entreprise. 
  

On souhaite simplement travailler, c’est vital pour nos entreprises, nos salariés, nos techniciens, nos ingénieurs et aussi tous nos sous-traitants qui n’ont pas de travail non plus et qui risque de tomber comme nous.

Alexandre Coulet, gérant d'une société d’événementiel

Son entreprise embauche 32 salariés en CDI et jusqu'à 250 intermittents. Depuis le début du confinement, il accuse 80% de perte de chiffre d'affaires. "Aujourd’hui à part le chômage partiel qui permet de maintenir la compétence de l’entreprise, nous n’avons reçu aucune aide. Quel secteur d’activité peut tenir avec cela ?", s'indigne le gérant de cette société. 
 
Alès - Les investissements sur le matériel représentent un important coût pour ces entreprises comme celle d'Alexandre Coulet.
Alès - Les investissements sur le matériel représentent un important coût pour ces entreprises comme celle d'Alexandre Coulet. © DR

Des aides spécifiques à ce secteur

Report du chômage partiel jusqu’au mois de juin voire septembre 2021, accords avec les banques pour le report des prêts et crédits et mise en place d’assurances annulations pour inciter les organisateurs à programmer de nouveaux événements : voilà ce que réclament aujourd'hui ces prestataires techniques. "Le seul moyen de redonner confiance aux organisateurs, c’est de mettre en place une sorte d’assurance annulation qui fait qu’on continue à programmer des choses et si c’est annulé on ne perd pas d’argent", exprime Grégory Blanvillain, PDG d’une agence d’événementiel à Lattes. 

Lui n'a pas participé à l'opération "alerte rouge", car il n'est pas prestataire technique, mais il soutient activement l'action. La région Occitanie a également publié sur son compte Twitter une photo de l'Hôtel de Région de Toulouse illuminé aux couleurs de l'opération.
 

Annulations en cascade

Marche des Fiertés-Diversités-Pride, marathon de Montpellier, journées du patrimoine : cette semaine les annulations d'événements ont été nombreuses à Montpellier. Un nouveau coup dur pour les professionnels de l'événementiel. Pour Grégory Blanvillain, ces annulations de dernière minute sont catastrophiques pour les prestataires. 
 

On essaye d’avancer sur plein de choses. Mais les annulations de dernière minute sont catastrophiques pour nous. On dépense des frais, c'est difficile en terme de budget. Plus c’est annulé tard plus c’est difficile économiquement.

Grégory Blanvillain, PDG d'une agence d'événementiel


Aujourd'hui, c'est une vraie sonnette d'alarme que ces entrepreneurs souhaitent tirer. "J’ai le souvenir du président de la République qui disait 0 entrées, 0 sorties, on est loin de ça. Aujourd’hui, on est au même niveau que les entreprises industrielles et commerciales qui ont repris une activité au mois de mai. Alors que pour nous, les difficultés vont continuer au moins encore pendant plusieurs mois", précise Alexandre Coulet.

Au-delà de cette opération, une association devrait également voir le jour dans les prochaines semaines afin de regrouper tous les acteurs liés à l'événementiel. Objectif : soutenir et apporter des solutions à cette profession en péril. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie coronavirus/covid-19 santé société spectacle vivant culture événements sorties et loisirs solidarité