PHOTOS - A la découverte des gorges du Tarn, en canoë : des paysages à couper le souffle !

Quand le soleil fait son apparition, la nature montre son plus beau visage, en plein milieu des gorges du Tarn. / © Karen Cassuto / FTV
Quand le soleil fait son apparition, la nature montre son plus beau visage, en plein milieu des gorges du Tarn. / © Karen Cassuto / FTV

Quand on n'est pas de la région, 17 kilomètres en canoë est un bon moyen de découvrir les gorges du Tarn. J'ai pagayé, pendant plus de 4 heures au total ... mais l'effort est largement récompensé par les paysages. 

Par Karen Cassuto

 

9h30.
Point de départ : le moulin de la Malène, une petite commune en Lozère, qui fait partie du parc national des Cévennes. Avant de commencer les 17 kilomètres en canoë, je m'équipe auprès d'un service de location de canoë et kayak. Connaissez-vous la différence entre les deux disciplines ? D'après les moniteurs, c'est surtout qu'en général dans un kayak, une seule personne est aux commandes alors qu'un canoë se manie souvent à deux. 

 
Après s'être équipés, le bus nous emmène ici. Ce sera le point de départ de notre balade en canoë dans les gorges du Tarn. / © Karen Cassuto / FTV
Après s'être équipés, le bus nous emmène ici. Ce sera le point de départ de notre balade en canoë dans les gorges du Tarn. / © Karen Cassuto / FTV


Découvrir la région au fil de l'eau

Installée à Toulouse depuis deux ans, je continue de découvrir la région Occitanie chaque jour. Le canoë est un bon moyen de découvrir une partie du parc des Cévennes, réputé pour ses paysages à couper le souffle. Surtout, le forfait ne prend pas en compte le temps, mais la distance. J'ai pu aller à mon rythme, m'arrêter, observer, prendre des photos ... Faire du sport tout en prenant du plaisir. 
 
Dès les premières minutes, les cascades donnent le ton de la balade. Elle sera riche en "décou-vertes", époustouflantes. / © Karen Cassuto / FTV
Dès les premières minutes, les cascades donnent le ton de la balade. Elle sera riche en "décou-vertes", époustouflantes. / © Karen Cassuto / FTV
Avant de partir, le guide m'avait expliqué tous les endroits par lesquels j'allais passer... je n'ai pas tout retenu. Note à moi-même et à vous, futurs aventuriers : garder le dépliant pour mettre des noms sur des paysages !
 
Celui là je l'ai retenu : c'est le château de la Caze. Je vous conseille de le dépasser, pour observer cette vue, en se retournant. Magnifique, non ? / © Karen Cassuto / FTV
Celui là je l'ai retenu : c'est le château de la Caze. Je vous conseille de le dépasser, pour observer cette vue, en se retournant. Magnifique, non ? / © Karen Cassuto / FTV
Parfois les passages sont très étroits, je n'ai toujours pas trouvé la bonne technique pour ne pas s'arrêter et devoir pousser le canoë : arriver à toute vitesse ? Pagayer davantage ? Peut-être fallait-il simplement anticiper plus... Encore faut-il ne pas être subjugué par le paysage. / © Karen Cassuto / FTV
Parfois les passages sont très étroits, je n'ai toujours pas trouvé la bonne technique pour ne pas s'arrêter et devoir pousser le canoë : arriver à toute vitesse ? Pagayer davantage ? Peut-être fallait-il simplement anticiper plus... Encore faut-il ne pas être subjugué par le paysage. / © Karen Cassuto / FTV

 


Des maisons au bord de l'eau accessibles uniquement en canoë

12H.
Les ventres réclament déjà à manger. C'est pile l'heure à laquelle j'aperçois une commune hors du commun. A Hauterive, les habitants peuvent atteindre leur maison d'une seule manière : en canoë ! Les échanges se font donc tous par les gorges du Tarn, et jadis, par un câble qui semble ne plus fonctionner. Le chauffeur de bus me raconte même qu'à une époque, les enfants du village passaient par ce câble, dans une plateforme, pour rejoindre ce même bus. Le conducteur remontait alors les touristes qui venaient de faire du canoë, ou du kayak ... et déposait par la même occasion les enfants à l'école. 
 
Dans la commune de Hauterive, des affiches réclament un accès à l'eau potable. Comment et de quoi vivent ces habitants de petites maisons presque troglodytes ? Impressionnant de savoir qu'en 2019 il existe toujours des personnes qui ne peuvent accéder à leur logement qu'en canoë, kayak ou barque. / © Karen Cassuto / FTV
Dans la commune de Hauterive, des affiches réclament un accès à l'eau potable. Comment et de quoi vivent ces habitants de petites maisons presque troglodytes ? Impressionnant de savoir qu'en 2019 il existe toujours des personnes qui ne peuvent accéder à leur logement qu'en canoë, kayak ou barque. / © Karen Cassuto / FTV

 

14H.
Il est clair qu'en début de matinée, et jusqu'à midi, le temps n'était pas des plus agréables. Mais la pluie et l'humidité ne m'ont certainement pas découragée ... et heureusement ! Sinon, j'aurais raté des paysages magnifiques. La fin de ce parcours était la plus impressionnante. Je n'aurais jamais envisagé découvrir des eaux aussi transparentes et une nature aussi luxuriante.
 
Qui aurait cru que dans les gorges du Tarn l'eau serait si transparente ? Certainement pas moi, originaire de la région PACA (Provence-Alpes-Côte d'Azur), j'étais sûre que je n'aurais pas envie de me baigner dans ces eaux, que j'imaginais marron. C'était avant de voir ça ! Le Tarn est doux, et des plus agréables. / © Karen Cassuto / FTV
Qui aurait cru que dans les gorges du Tarn l'eau serait si transparente ? Certainement pas moi, originaire de la région PACA (Provence-Alpes-Côte d'Azur), j'étais sûre que je n'aurais pas envie de me baigner dans ces eaux, que j'imaginais marron. C'était avant de voir ça ! Le Tarn est doux, et des plus agréables. / © Karen Cassuto / FTV
Quand on se promène dans les gorges du Tarn, en canoë, on peut aller à son rythme. La location se paie au nombre de kilomètres, pas au temps passé ! J'y suis restée de 9h30 à 18h30, une belle, longue et tranquille journée ... sportive quand même.
On peut aussi décider de s'arrêter sur ce genre de petites plages de galets. Le long des gorges du Tarn, il y a même quelques petites plages de sable ! / © Karen Cassuto / FTV
On peut aussi décider de s'arrêter sur ce genre de petites plages de galets. Le long des gorges du Tarn, il y a même quelques petites plages de sable ! / © Karen Cassuto / FTV

 

17H.
Une heure avant la fin du parcours, on m'avait prévenu : "il y aura une petite cascade, vous pouvez tenter de la descendre en canoë, ou y aller à pieds et pousser le canoë". Evidemment, il était hors de question pour moi de sortir du canoë. J'avais commencé une aventure, je comptais bien la vivre à fond jusqu'au bout ... Et bien j'ai terminé dans l'eau. Enfin, NOUS avons terminé à l'eau. Premier canoë à tenter la descente : le mien. Résultat : l'engin s'est retourné, sur nous ! Les deux personnes qui ont suivi mon exemple sont tombées aussi. Si vous ne voulez pas vous mouiller : descendez à pieds ! Si vous aimez prendre des risques : ça fait pas mal, et c'est marrant ! 
 
Cette photo résume probablement ma journée canoë dans les gorges du Tarn... / © Karen Cassuto / FTV
Cette photo résume probablement ma journée canoë dans les gorges du Tarn... / © Karen Cassuto / FTV

 

18H30
Retour en bus au point de départ, et donc à la voiture. Mes jambes et tout mon corps sont cassés ... et la fatigue se fait sentir. Mais ma tête se remplit de souvenirs inoubliables, de photos, dans ma mémoire, des gorges du Tarn. Et je repars avec déjà une autre idée en tête : le parcours se termine sur une falaise, d'où l'on peut faire un saut à l'élastique, haut de 107 mètres. A bon entendeur, l'aventure continue ! 
 
Pas mal comme photo de fin, non ? / © Karen Cassuto / FTV
Pas mal comme photo de fin, non ? / © Karen Cassuto / FTV

Sur le même sujet

Max Brail, maire de Lastours, regrette le manque de soutien de la part de l'Etat

Les + Lus