• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

A Pikes Peak, Romain Dumas veut succéder à Sébastien Loeb

© france3
© france3

Le pilote originaire d'Alès se lance pour la troisième année consécutive à l'assaut de Pikes Peak. Une course mythique surnommée la course des nuages, parce que l'arrivée est jugée à plus de 4200 M d'altitude. Une épreuve que seuls deux français ont remporté. Le dernier en date, Sébastien Loeb. 

Par Laurent Beaumel

Pour Romain Dumas le cévenol, la montagne est un peu son univers. Grimper des cols au volant de voitures puissantes, ne lui fait pas peur bien au contraire. Cela lui donne des frissons. A Pikes Peak dans le Collorado (USA), le gardois sera une nouvelle fois au pied de ce monument de la course de côte.
Plus de 20 kms d'ascencion, des virages à vous donner le tournis (156 au total), une montée d'adrénaline à chaque mètre parcouru pour enfin toucher le Graal à 4300 m d'altitude après bien des émotions. A Pikes Peak, les éléments et la nature font partie intégrante de la course. Si pour de nombreux participants l'essentiel est d'arriver entier à la cime, les plus téméraires et professionnels ne rêvent que d'une chose inscrire leur nom au palmarès de l'une des courses les plus folles au monde. L'an passé le nonuple champion du monde des rallyes, le français Sébastien Loeb marquait les esprits avec un nouveau temps référence en 8 minutes 13 secondes et 878/1000 au volant de la "Bestiale" une Peugeot 208T16 de 875 cv.  

Pour 17 millièmes de seconde!

Entre le départ à 2000 m et le sommet, le ciel peut prendre toutes les couleurs. Lors de sa première tentative, Romain Dumas était parti sous le soleil avant de connaître la pluie, la grêle et enfin la neige. 
Ce milieu hostile n'épargne personne, du humble amateur aux pilotes chevronnés et professionnels. Il y a deux ans le gardois échouait pour 17 millièmes de seconde. Cet échec ne l'a pas refroidi bien au contraire. Fin juin il sera au départ avec sa Norma M20 à moteur Honda élaboré dans les ateliers de son écurie RD Limited au Pôle Mécanique d'Alès. Particularité de cette course hors norme, le pilote n'a droit qu'à un seul départ, "one shot"!
Romain Dumas à l'assaut de Pikes Peak
 

Sur le même sujet

Sète : l’air pollué aux particules fines par les bateaux de croisière

Les + Lus