A Argelès-sur-Mer, l'abattage de grands pins fait polémique

Depuis lundi 12 avril, l'abattage de pins plantés dans les années 60 provoque l'émoi des habitants d'Argelès-sur-mer dans les Pyrénées-Orientales. La mairie promet de revégétaliser la zone, avec des espèces plus variées et adaptées au climat.

16 pins sont abattus rue de Maréchal-Leclerc à Argelès-sur-Mer, près de Perpignan - 14 avril 2021
16 pins sont abattus rue de Maréchal-Leclerc à Argelès-sur-Mer, près de Perpignan - 14 avril 2021 © Joan Lopez / FTV

Les branches des grands pins de l'avenue du Maréchal-Leclerc à Argelès-sur-mer tombent les unes après les autres, à grands coups de tronçonneuses. Une décision de la municipalité liée aux nuisances provoquées par les arbres : déformation de la voirie, chute des aiguilles... Qui ne fait pas l'unanimité chez les riverains.

"On fait le contraire de ce qui paraît logique, on coupe de grands arbres au printemps pour les remplacer par quoi? du béton? de petits arbres qui mettront des années à pousser?", proteste Marie, une riveraine.

En juin 2020, l'abattage d'autres pins dans cette même zone près du cimetière avait déjà provoqué une mobilisation des défenseurs des arbres.

Revégétalisation annoncée

Le maire, Antoine Parra, veut "éviter l'erreur du passé". Et explique que la municipalité va revégétaliser la zone "avec des essences variées, adaptées au climat, pour offrir une meilleure solution que les pins."

Une argumentation contestée par les associations écologistes locales.

Si le problème vient des pins, parce qu'ils créent plus de nuisances, il faut tous les abattre? dans toute la commune?

Romain Constant, association nature environnement

Le reportage de France 3 Pays Catalan est à retrouver ici.

Argelès-sur-Mer compte près de 800 pins. Alors, le sujet est sensible, plus encore depuis que la mairie a le projet de déplacer le marché artisanal au coeur du célèbre bois des pins, en bord de plage, une pinède de 12 hectares, créé en 1854.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
nature environnement polémique société