Cet article date de plus de 8 ans

La galère des voyageurs SNCF, de 2 à 4 h 30 de retard pour rallier le sud depuis Paris

5 TGV à la descente concernés par le couac du trafic SNCF. En cause le vol d'un câble au sud de paris et le détournement du trafic sur la ligne classique. Enfin le Paris Perpignan est même entré en collision avec un sanglier. 
Le Béziers Paris est arrivé en gare de Lyon avec une heure et demi de retard
Le Béziers Paris est arrivé en gare de Lyon avec une heure et demi de retard © FRANCOIS GUILLOT / AFP
Tout est parti d'un câble sectionné dans les environs de Villeneuve St Georges dans le Val de Marne au sud de Paris sur la ligne TGV. Cet acte de malveillance  a provoqué une panne de la télécommande d'aiguillage. Panne qui s'est répercutée sur l'ensemble du trafic entre Paris et Lyon.

A partir de 17H00 et dans les deux sens, les trains ont dû circuler plus lentement aux abords des aiguillages, qui ne pouvaient plus être télécommandés de Paris, entre le sud de la capitale et le nord de Lyon. Cette panne affectait également la signalisation.

Au final le trafic entre Paris et la région sud Est a accusé des retards allant de 2 h 00 à 4 h 30.
Le trafic TGV a été dévié sur la ligne classique où la vitesse est limitée à 160 km/h.

Dans la région languedoc-Roussillon, 5 TGV dans le sens de la descente ont été concernés Lille /Toulouse, Paris/Montpellier, Paris/Perpignan, Paris/Béziers et Bordeaux/Montpellier.
Même soucis dans le sens de la montée.
Les passagers du paris perpignan de 19 h 15 ont été les plus malchanceux, leur train dévié vers Dijon pour cause de panne d'aiguillage a percuté un sanglier.
Les passagers ayant débarqué à 22H30 du train qui aurait dû arriver quatre heures trente plus tôt à Montpellier étaient fatigués et agacés.
          

Au total une vingtaine de TGV étaient concernés, certains étant détournés des lignes à grande vitesse vers les lignes classiques.
Le trafic est redevenu parfaitement normal ce vendredi matin après la réparation et l'installation de 800 m de câble dans le val de Marne.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
transports sncf