Indépendance de la Catalogne : Mariano Rajoy veut destituer le gouvernement régional

Le Conseil des ministres espagnols réunit pour une situation de crise exceptionnelle ce samedi 21 octobre. / © Juan Carlos Hidalgo / POOL / AFP
Le Conseil des ministres espagnols réunit pour une situation de crise exceptionnelle ce samedi 21 octobre. / © Juan Carlos Hidalgo / POOL / AFP

Mariano Rajoy, le Premier ministre espagnol, a annoncé ce samedi 21 octobre l'utilisation de l'article 155 de la Constitution, permettant de suspendre l'autonomie de la Catalogne, en destituant le gouvernement catalan.

Par Richard Duclos

L’annonce était attendue. Ce samedi 21 octobre, le Premier ministre espagnol Mariano Rajoy a déclaré que l’article 155, déclenchant le processus de suspension - partiellement du moins - de l'autonomie de la Catalogne, serait bel et bien utilisé.

Cet article de la Constitution de 1978, jamais utilisé encore, peut être enclenché dès lors qu’une "communauté autonome ne respecte pas les obligations imposées par la Constitution ou d’autres lois ou agit de manière qui porte gravement atteinte à l’intérêt général de l’Espagne".

Le gouvernement doit désormais obtenir l’approbation du Sénat - où le parti du Premier ministre est majoritaire - pour l’utilisation de cet article.

Destitution du gouvernement régional


Toute la matinée, les ministres espagnols étaient réunis en un conseil extraordinaire, pour réfléchir aux mesures à prendre face à la volonté d’indépendance de la Catalogne. Pendant la réunion, Mariano Rajoy a fait part dans un tweet de sa volonté de rétablir la "légalité" dans la région.




Lors de sa conférence de presse, Mariano Rajoy a décrit le référendum catalan comme un "processus unilatéral, contraire à la loi", menant à la "confrontation". "La Constitution espagnole a été bafouée", a-t-il accusé, reprochant aux autorités catalanes leur manque de dialogue.

"Aucun gouvernement, d'aucun pays démocratique ne peut accepter que l'on ignore la loi", a justifié le chef du gouvernement.

Le premier ministre a souligné plusieurs objectifs derrière l’utilisation de l’article 155 : revenir à la légalité, recouvrer la normalité, poursuivre la reprise économique. Et surtout, organiser de nouvelles élections en Catalogne dans les six mois. Le gouvernement régional catalan va donc être suspendu de ses fonctions.

"On ne suspend pas l'autonomie de la Catalogne ", a assuré Mariano Rajoy, précisant :

On destitue les personnes qui ont placé ce gouvernement en dehors de la loi, de la Constitution et du statut.


Les pouvoirs de l'administration catalane seront par ailleurs transferés au gouvernement central.


Manifestation à 17h


"Je souhaite transmettre un message de tranquillité", a précisé Rajoy. Mais même si la population catalane est divisée sur la question de l’indépendance, cette décision devrait entraîner des réactions virulentes.

Le chef du gouvernement catalan Carles Puigdemont a déjà menacé de faire proclamer l'indépendance, formellement cette fois, de cette région de 7,5 millions d'habitants si son autonomie était suspendue.

Une grande manifestation est par ailleurs prévue à 17h à Barcelone pour réclamer la libération de deux leaders indépendantistes, Jordi Cuixart et Jordi Sanchez.





Le roi d'Espagne dénonce une "tentative inacceptable de sécession"

Vendredi 20 octobre, le roi d’Espagne Felipe VI s’est prononcé sur la volonté d’indépendance de la Catalogne, dénonçant une "tentative inacceptable de sécession". Le monarque a assuré que l’Etat saurait faire face à la crise, "avec ses institutions démocratiques légitimes".

A lire aussi

Sur le même sujet

SUIVEZ LES ELECTIONS SENATORIALES 2017 SUR FRANCE INFO

Le hameau illuminé de Salmanac en 2016

Près de chez vous

Les + Lus