A Perpignan, des parents manifestent contre la suppression de classes adaptées à la communauté gitane

Les enseignants et parents d'élèves du collège Jean Moulin de Perpignan ont manifesté ce mercredi 2 février. Ils dénoncent une baisse de dotation qui aurait pour conséquence une déscolarisation des élèves gitans.

A Perpignan, des parents d'élèves et enseignants du collège Jean Moulin se sont réunis ce mercredi matin devant la direction départementale de l'éducation nationale.

A travers leurs banderoles, ils affichent une inquiétude : la crainte de voir supprimer l'enseignement spécialisé à destination des élèves gitans. Cette suppression potentielle serait le résultat d'une baisse de dotation.

La menace du décrochage scolaire

En cas de suppression du dispositif, les élèves gitans devraient alors intégrer les cours classiques. Un problème pour Jean-Marc Fabre, représentant des parents d'élèves : "Ils vont prendre deux ou trois élèves gitans et les mélanger dans des classes classiques où les élèves ont des niveaux largement supérieurs."

Le décalage avec les autres collégiens serait la porte ouverte à un décrochage scolaire des gitans. Le risque est pointé par les parents manifestants.

Une direction rassurante 

Une délégation a été reçue par le directeur académique des Pyrénées-Orientales Frédéric Fulgence. Il s'est voulu rassurant face aux parents d'élèves et enseignants : "L'objectif n'est bien sûr pas d'exclure une population quelle qu'elle soit, ce serait à l'inverse de ce qu'ont veut dans l'école de la République."

A ce jour, rien n'est encore acté pour la rentrée de septembre. D'autres réunions de travail sont prévues pour affiner les besoins du collège Jean Moulin.