Coronavirus : des scientifiques espagnols estiment qu'une contagion par l’eau est peu probable

La plage de Barcelone, rouverte de 6h à 10h pour faire du sport et nager. / © Josep LAGO / AFP
La plage de Barcelone, rouverte de 6h à 10h pour faire du sport et nager. / © Josep LAGO / AFP

Mer, piscines, rivières, thermes... le coronavirus peut-il se propager dans l'eau ? A l'approche de la saison estivale, des scientifiques espagnols publient une étude afin d'établir un protocole de sécurité.
Conclusion : feu vert... mais en respectant la distanciation sociale !

Par Elsa Panadès


Sel, rayons ultraviolets et chaleur : un cocktail anti coronavirus ?

"L’effet de dilution ainsi que la présence de sel sont des facteurs qui semblent contribuer à une diminution de la charge virale et à son inactivité..."  C’est la conclusion du  rapport du Conseil supérieur de la recherche scientifique  dont le siège se trouve à Madrid.  Le CISC (Consejo Superior de Investigaciones Científicas) est le principal organisme public de recherches de l’Etat espagnol. Rattaché au Ministère de l’Education et de la Science, il compte une centaine de centres implantés dans tout le territoire.

A la demande de la Secrétaire d’Etat au Tourisme, Isabel María Oliver, six de ces centres ont dernièrement concentré leurs recherches sur le comportement du nouveau SARS-CoV-2.

L’action conjointe du sel d’eau de mer, des ultraviolets du soleil et de la température élevée du sable aurait également raison du virus et permettrait de profiter des plages.

Une lueur d’espoir pour tous ceux qui rêvent de faire bronzette sur les plages cet été ! Mais attention, l’étude publiée le 7 mai dernier alerte toutefois sur les risques liés à la densité de population.

Antonio Figueras, Docteur en biologie de l’Institut de recherches marines de Vigo en Galice est l’un des signataires de cette étude. Il souligne les conclusions du rapport : elles ne sont pas une invitation à se rendre à la plage ou à la piscine de façon massive !  "Le problème, assure-t-il à nos confrères du quotidien catalan "El País", ce n’est pas le milieu, que ce soit l’eau ou le sable, mais les gens. La plage n’est pas un terrain favorable à la transmission de virus mais, s’il y a trop grande concentration, alors oui cela pourrait le devenir."

En résumé, aller se baigner et se faire bronzer oui. S’agglutiner serviettes contre serviettes, non !


Un protocole d'accès aux plages dans les stations balnéaires

En Catalogne, les élus des villes balnéaires de la Costa Brava s’organisent et envisagent un été en mode dégradé. Des mesures telles que les contrôles d’accès et la séparation par groupes sont mises en place dans la très populaire station balnéaire de Lloret de Mar (Province de Gérone), cinquième destination soleil-plage d’Espagne.
 
Une ville dont le nombre d'habitants passe de 40 000 à 150 000 l'été ! Avec 9 kilomètres de plage et une population  traditionnellement triplée en juillet-août, les élus de Lloret travaillent déjà sur des mesures de sécurité afin de prévenir la propagation du coronavirus. Une des pistes envisagées consiste à limiter la capacité des plages et à les diviser en plusieurs sections.Une pour les personnes âgées, une pour les familles avec enfants et une troisième pour adultes seuls, en couple ou entre amis. Le maire de la commune, Jaume Dulsat, a expliqué que "les agents de la protection civile veilleront à mettre en place des contrôles pour garantir une distance minimale entre les personnes" comme le préconise le Conseil scientifique.

Par ailleurs, le protocole de mesures visant à encadrer la saison estivale exclut la pulvérisation de produits désinfectants comme ceux utilisés pour les espaces publics urbains. Les scientifiques du CISC (Consejo Superior de Investigaciones Científicas) recommandent que toute désinfection du sable soit réalisée dans le plus grand respect de l’environnement.


Quid des piscines, spas et rivières?

En ce qui concerne les piscines, les produits désinfectants "devraient être suffisants" pour éliminer toutes les traces de bactéries. Idem pour les centres thermoludiques et les installations de soins d’eaux thermales dont la température ambiante élevée réduirait les risques de propagation du virus.
 
Dans les espaces thermo-ludiques, les produits désinfectants pourraient éliminer toutes traces de bactéries / © MaxPPP
Dans les espaces thermo-ludiques, les produits désinfectants pourraient éliminer toutes traces de bactéries / © MaxPPP
 

Si vous me demandez si vous pouvez vous baigner dans un jacuzzi, je vous dirai que oui mais pas collé à 10 autres personnes.

C'est le Docteur Antonio Figueras qui exprime cette mise en garde. Dans les spas et piscines comme dans les autres lieux publics, les sécrétions respiratoires et le contact de personne à personne sont les principales voies de transmission du virus. Le rapport du CISC se conclut donc avec les mêmes recommandations de distanciation sociale.

Les résultats des recherches menées par les scientifiques espagnols s’avèrent plus mitigés quant à la survie du virus dans les eaux des rivières, des lacs et des gorges d’eau douce. Non traitée, cette eau serait plus propice à la propagation. Une vigilance accrue dans ces sites est donc recommandée.

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus