La flèche du cadran solaire du péage Perpignan-nord sera-t-elle remplacée ?

La flèche du cadran solaire géant, exposé au rond-point du péage nord de Perpignan, a été démontée. / © A. Sabatier / France 3 LR
La flèche du cadran solaire géant, exposé au rond-point du péage nord de Perpignan, a été démontée. / © A. Sabatier / France 3 LR

la flèche du cadran solaire du péage de Perpignan-Nord a été démontée pour des raisons de sécurité. Elle avait été fragilisée à l’occasion d’un incendie lors de l’occupation du rond-point par les gilets jaunes.

Par Olivia Boisson


La flèche du cadran solaire géant, exposé au rond-point du péage nord de Perpignan, a été démontée. La raison : elle a été endommagée suite à un incendie volontaire qui a eu lieu lors de l’occupation du rond-point par les gilets jaunes.

28 tonnes d’acier déplacées

 Au total, deux grues ont déplacé 28 tonnes d’acier, endommagés par un incendie il y a quelques semaines. Les fondations et une dizaine de tiges d’acier n’ont pas été touchées : seule la flèche sera remplacée. Jean-Claude Tissier,  responsable d’une entreprise de constructions métalliques explique les raisons de ces travaux.

L’acier s’est déformé suite à l’intervention des pompiers et leurs lances à eau. Toute la partie inférieure est à jeter. Ce sera plus rapide de le refaire à neuf que de faire des réparations qui risquent de s’avérer impossibles.

Une reconstruction coûteuse

Le coût de la reconstruction dépassera les 200.000 euros. Chaque heure représentée sur le cadran a été détruite pendant la période d’occupation des gilets jaunes sur le rond-point. Et ce n’est pas tout, selon Marc André 2 Figueres, l’artiste concepteur de l’œuvre.

L’horizontalité, qui fait 70 mètres de diamètre, a été vandalisée par les multiples stationnements de voitures qui ont eu lieu. Tout le sol est dégradé, ce qui fait également partie de l’œuvre.

Une reconstruction certaine ?

Les assurances de la communauté d’agglomération devraient prendre en charge les réparations, mais les polémiques sur le coût de l’œuvre monumentale refont surface. Le concepteur de l’œuvre craint aujourd’hui qu’elle ne soit pas reconstruite. L’avocat de l’artiste, Jean Codognés, réagit.

Il est évident qu’à ce moment-là, ça se traduira par des dommages et intérêts.


Classé en 2015 par l’UNESCO, le cadran solaire de Perpignan-Nord est toujours en sursis. Les conclusions d’une troisième expertise sont attendues.

Reportage d'Alain Sabatier et Philippe Cheneaux de Leyritz.

Sur le même sujet

Les + Lus