Jean-François Leroy veut retirer le World Press Photo de Visa pour l'image

Jean-François Leroy à Perpignan en 2014 / © France 3 LR
Jean-François Leroy à Perpignan en 2014 / © France 3 LR

Suite à la polémique autour du travail d'un photographe italien primé puis disqualifié du World Press Photo. Jean-François Leroy envisage de faire l'impasse sur l'exposition des photos récompensées par le World Press Photo. Le directeur du festival Visa pour l'image parle d'excuse bidon.

Par Laurence Creusot

"Ce reportage est un sujet mensonger de A à Z". Jean-François Leroy qui avait déjà fait part de sa désapprobation dans les colonnes du Monde veut aller plus loin.

"Tout est faux et le jury du World Press Photo n'a retenu qu'une excuse bidon" explique le directeur de Visa pour l'image en parlant de la disqualification du photographe italien Giovanni Troilo après qu'on ait découvert que l'une des photos censée être prise à Charleroi avait été réalisée à Bruxelles.
"Je ne reviendrais pas sur ma décision tant que le World Press ne sera pas capable de dire que l'ensemble de ce sujet est un mensonge ! " affirme le patron du festival de photojournalisme de Perpignan que nous avons joint par téléphone.

Le World Press Photo a finalement retiré le 4 mars son prix attribué au photographe italien Giovanni Troilo pour un portrait de la ville belge
de Charleroi.
"Après avoir reçu de nouvelles informations", le prestigieux concours de photojournalisme avait indiqué dans un communiqué avoir "rouvert son enquête hier " et conclu que la série de clichés "n'est pas conforme à ses règles" et que "le prix doit donc être retiré".
La ville noire Giovanni Troilo / © Giovanni Troilo
La ville noire Giovanni Troilo / © Giovanni Troilo

La série de dix clichés intitulée "La ville noire" avait reçu en février le premier prix de la catégorie "problématiques contemporaines". Elle dépeint une ville rongée par la pauvreté, aux habitants marqués par le déclin industriel. Le maire socialiste de Charleroi, Paul Magnette, avait jugé que les photos constituaient une "sérieuse déformation de la réalité qui porte préjudice à la ville de Charleroi et à ses habitants, ainsi qu'à la profession de photojournaliste".

Dans un premier temps, le World Press Photo avait confirmé l'attribution du prix et rejeté l'argument de M. Magnette selon lequel certains clichés constituaient des "mises en scène".
Mais les organisateurs du concours ont "appris que la photo d'un peintre créant une oeuvre avec des modèles vivants avait en fait été prise à Molenbeek", l'une des communes de la capitale belge, Bruxelles, et non à Charleroi. "
Troilo a confirmé que l'image n'avait pas été prise à Charleroi, contrairement à ce qu'il avait affirmé en la présentant au concours. Il invoque une erreur de légende.

Un mensonge

"Deux des sujets photographiés sont des cousins de Troilo" explique Jean-françois Leroy,  la fille dans la cave est une prostituée Tout est faux."
Le directeur de Visa regrette que le jury n'est pas pris en compte l'enquête menée par plusieurs photographes indépendants qui ont dénoncé la mise en scène dès le départ.
"L'obèse est le patron d'un bar de Charleroi qui revendique son état ! "

Une des photos de la série :" la ville noire." / © Giovanni Troilo
Une des photos de la série :" la ville noire." / © Giovanni Troilo
Le world press photo exit

Pour toutes ses raisons et à ce jour Jean-François Leroy a décidé de retirer l'expo du World press de Visa à Perpignan.
A moins que les instances du prestigieux concours de photo n'aille plus loin dans sa condamnation.
"De toute façon nous débattrons de cette pratique à Perpignan en septembre" conclut le directeur du festival de photojournalisme de Perpignan.


L'édition 2015 de Visa pour l'image aura lieu du 29 août au 13 septembre.
Revoir l'édition 2014

Sur le même sujet

A Toulouse, votre sapin de noël livré à vélo

Près de chez vous

Les + Lus