Lutte contre le harcèlement à l'école dans les Pyrénées-Orientales :"Ce n'est pas facile d'en parler, on a un peu honte"

Dans les Pyrénées-Orientales, le conseil départemental d’accès aux droits rend visite, jusque fin juin, à sept écoles rurales pour prévenir du harcèlement en milieu scolaire. L’objectif, accompagner les élèves victimes à en parler à des adultes et se faire aider.

Le harcèlement en milieu scolaire ne se produit pas que dans les villes. Dans les petites communes aussi, il peut frapper : "Ils ont les mêmes problèmes et les mêmes besoins que les enfants des villes et des cités. Et dans un village c’est encore plus difficile puisque c’est un petit milieu. Tout le monde se connait, les familles donc c’est très difficile pour repérer les problèmes de harcèlement," nous dit Janick Loupias, instituteur à l'école Latour-de-France.

Ce n’est pas facile comme démarche parce qu’on a un peu honte d'en parler

Yliès, 10 ans

En effet, cela peut être d’autant plus difficile d’en parler dans un petit village : « Ce n’est pas facile comme démarche parce qu’on a un peu honte de le dire, » lâche d’ailleurs Yliès, 10 ans.

Qu’il soit moral ou physique, le harcélement peut se manifester dès le plus jeune âge. Dans l’école d’Yliès, située à Latour-de-France, un petit village des Pyrénées-Orientales, pendant une journée les élèves reçoivent la visite du conseil départemental d’accès aux droits pour des ateliers de prévention sur le harcèlement : "Il y a d'abord une présentation par une association d’aide aux victimes, elle explique les questions de harcèlement. Après, il y a un aspect plus ludique et artistique, les enfants vont pouvoir exprimer à l’écrit en dessinant leur ressenti."

Discuter pour trouver des solutions et accompagner 

Le conseil départemental d'accès aux droits, est accompagné par l’association France victimes 66, un juriste et un psychologue : "L’idée de cette prévention est qu’il faut absolument discuter, avoir recours à l’adulte pour pouvoir trouver des solutions avec eux, les accompagner et ne pas arriver à des comportements extrêmes comme par exemple avoir des pensées suicidaires, se mutiler", confie Audrey Ladet, psychologue pour l'association France victimes 66.

Aujourd'hui, j’ai appris que si quelqu’un était triste ou qu’il jouait tout seul dans son coin, je pouvais l’aider

Lily

Ainsi, pendant près de deux heures les élèves ont pu échanger sur la question du harcèlement avec des adultes et des professionnels : "Le harcèlement ce sont des violences répétées, nous dit Yliès, des violences morales ou physiques qui peuvent se passer dans la cour de récréation et quand on assiste à ce genre de situation il faut tout de suite le dire à un adulte." Sa camarade de classe, Lily ajoute : "aujourd'hui, j’ai appris que si quelqu’un était triste ou qu’il jouait tout seul dans son coin, je pouvais l’aider."

Comme cette école de Latour-de-France, six autres établissements scolaires recevront la visite du conseil départemental d’accès aux droits d’ici la fin du mois de juin, pour une prévention sur le harcèlement.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
jeunesse société famille éducation faits divers