Martin Fourcade veut montrer à Trump que la France n’est pas un “pays de merde”

Martin Fourcade lors du relai 4 x7,5 km, en Allemagne le 12 janvier. / © Sven Hoppe / dpa / AFP
Martin Fourcade lors du relai 4 x7,5 km, en Allemagne le 12 janvier. / © Sven Hoppe / dpa / AFP

Après un relai de biathlon remporté par la Norvège, le sportif catalan Martin Fourcade a fustigé la "stupide théorie" de Donald Trump, qui a récemment fait l'éloge de la Norvège par opposition à d'autres "pays de merde".

Par RD

Les propos de Donald Trump sur les "pays de merde" n’en finissent pas de faire réagir.

Ce vendredi, c’est le Catalan Martin Fourcade qui a lancé une pique au président américain, après le relai de Ruhpolding où la France a fini deuxième, derrière la Norvège. La Norvège, dont les ressortissants ne dérangent semble-t-il pas Trump, contrairement à ceux d’autres pays.

Selon le Washington Post et le New York Times, le président américain a en effet insulté Haïti et les pays africains jeudi lors d’une réunion avec des parlementaires à propos de l’immigration, déclarant "Pourquoi est-ce que toutes ces personnes issues de pays de merde viennent ici ?".

Une sortie qui n’a pas échappé à Martin Fourcade : "J'espère que le président des Etats-Unis ne regardait pas cette course parce qu'aujourd'hui, la Norvège a donné raison à sa stupide théorie", a commenté au micro de L'Equipe le porte-drapeau de la France aux prochains JO d’hiver.

Ils étaient meilleurs que nous et meilleurs que les autres, mais voilà, on essaiera de montrer aux Jeux olympiques qu'on n'est pas un pays de merde.


Martin Fourcade veut montrer à Trump que la France n'est pas un "pays de merde"


54 pays demandent des excuses

Les ambassadeurs du groupe africain à l'ONU ont publié un communiqué dans lequel ils demandent à Donald Trump de présenter des excuses pour ses propos offensants. Le groupe de 54 pays a condamné "les remarques scandaleuses, racistes et xénophobes" du président américain. Celui-ci conteste avoir utilisé les mots "pays de merde", mais ne dément pas avoir utilisé un "langage dur".

Sur le même sujet

Port-Leucate (11) : Réaction de Nicolas Sarkozy au limogeage de Virginie Calmels

Les + Lus