Mort à la prison de Perpignan : sa famille l'apprend au bout de 23 jours

Pourquoi Taoufik Belrhitri est-il mort en prison sans que sa famille le sache ? Ses proches qui n'ont appris son décès que trois semaines après sa mort à la maison d'arrêt de Perpignan ont lancé une pétition en ligne pour faire toute la lumière sur cette affaire.
Perpignan - le centre pénitentiaire - archives
Perpignan - le centre pénitentiaire - archives © MAXPPP
Taoufik Belrhitri , 40 ans, père de 6 enfants est décédé le 18 octobre alors qu'il était incarcéré au centre Pénitentiaire de Perpignan. Quelques jours après, selon sa famille, un détenu sortant en permission, aurait rencontré le frère du défunt en lui disant qu'un meurtre avait été commis au sein de la prison sans savoir de qui il s'agissait.

La mort divulguée par l'Etat civil de la mairie

La mère de Taoufik Belrhitri aurait donc appelé le centre pénitentiaire le samedi 31 octobre, et l'administration étant fermée le week-end, on lui aurait dit de rappeler le lundi. Ce jour-là elle contacte également le SPIP ( le service pénitentiaire qui suit son fils) qui lui aurait répondu que tout allait bien et qu'il aurait été informé s'il s'était passé quelque chose de grave.
Or, une semaine plus tard, l'ex femme de Taoufik aurait appris par L'Etat Civil de la mairie de Perpignan le décès de son ex-compagnon.

Asphyxie

Sur les circonstances de sa mort, la famille du détenu saura plus tard qu'il est décédé "d'une asphyxie consécutive à un morceau de viande coincé".
Selon nos informations  le détenu a fait une fausse route en avalant un morceau de viande. Il a commencé à s'étouffer. Son co-détenu a tout de suite donné l'alerte, un surveillant a prodigué les premiers secours et extrait ce qui obstuait la trachée. Le détenu a ensuite été transféré à l'hôpital où il est décédé suite à ce problème le 18 octobre.
Sa famille n'a pas été prévenue tout de suite car sur sa fiche d'incarcération, il étit noté comme étant SDF et incarcéré en juillet, il n'y avait personne qui ait un permis de visite. Le seul nuéro noté sur sa fiche n'était pas valable".

 


De son côté, le procureur de la République, Jean-David Cavaillé, précise à nos confrères de l'Indépendant ( lien payant) qui ont révélé l'affaire, qu’"une enquête en recherche des causes de la mort a été diligentée". "L’examen ne révèle aucun élément suspect dans le décès, ajoute-t-il. Aucun élément objectif ne confirme que le corps soit trop abîmé."

Autopsie

Me Philippe Capsié, l’avocat de la famille, a adressé ce vendredi deux courriers, l’un au procureur de la République de Perpignan, le second à la direction du centre pénitentiaire "pour connaître les circonstances de ce décès".
"Cette famille a des difficultés à accepter les explications de la pénitentiaire et cela est décuplé par l'émotion du fait de l'avoir appris 23 jour après. Nous attendons une copie complète de l'enquête du parquet. Nous voulons savoir si une enquête a sérieusement été menée, si les témoins ont été interrogés. J'ai aussi demandé le rapoort d'autopsie", ajoute l'avocat.

La famille a lancé une pétiton en ligne pour interpeller la justice et faire la lumière sur les sicrconstances de la mort de Taoufik Belrhitri
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers prison justice société police sécurité