Perpignan : l’épicier cachait de la drogue au fond des boîtes de conserve

Un épicier du quartier du Bas-Vernet à Perpignan dissimulait la drogue qu’il revendait dans des boîtes de conserve. Les policiers ont découvert du cannabis mais aussi de la cocaïne. L’homme ainsi que son collègue devraient être jugés le 30 avril prochain.
 
Des boîtes de conserve à double fond servaient de cachette pour la drogue - janvier 2020
Des boîtes de conserve à double fond servaient de cachette pour la drogue - janvier 2020 © Police nationale
C’est lors d’une opération de contrôle des commerces et débits de boissons, le 21 janvier dernier, que les policiers de Perpignan ont découvert la supercherie de cet épicier âgé d’une trentaine d’années. En effet, c’est au fond de boîtes de conserve que le jeune homme cachait du cannabis mais aussi de la cocaïne et de l’argent liquide.

De la drogue dans des boîtes de conserve à double fond


Mardi dernier, les agents de la BAC et la brigade canine de Perpignan font le tour des commerces et des débits de boissons de la ville. Quand ils arrivent dans cette épicerie située dans le quartier du Bas-Vernet, ils trouvent trois hommes attablés dans l’arrière-boutique en train de fumer un joint, il s’agit du gérant accompagné de deux clients.
 

Cocaïne, cannabis et argent liquide


Les policiers fouillent l’épicerie et mettent en évidence le non-respect de plusieurs règles administratives mais le flair des chiens a surtout révélé de la drogue cachée dans des boites de conserves à double fond. Les policiers ont alors saisi 296 grammes d’herbe de cannabis, 243 grammes de résine de cannabis, 12 grammes de cocaïne ainsi que 1500 euros.

De plus, trois cartouches de cigarettes d’origine étrangère étaient saisies.

Jugés le 30 avril prochain 


Une enquête est tout de suite ouverte et confiée à la brigade des stupéfiants qui atteste d’une activité illicite de revente de stupéfiants et de tabac.

Les trois personnes sont alors interpellées, l’une d’elles est mise hors de cause, les deux autres reconnaissent les faits. Le gérant de l’épicerie ainsi qu’un client devront répondre de leur acte devant le tribunal correctionnel de Perpignan le 30 avril prochain.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
drogue faits divers police société sécurité justice pays catalan insolite