Municipales à Perpignan : une fin de campagne marquée par des plaintes des deux candidats Pujol et Aliot

Le maire de Perpignan Jean-Marc Pujol (LR) porte plainte pour "atteinte à la sincérité du vote", après que son adversaire d'extrême droite Louis Aliot a relayé sur internet un "sondage" le donnant vainqueur des élections municipales. Celui-ci réplique avec une plainte contre un proche du maire.

Perpignan - la mairie - 2020.
Perpignan - la mairie - 2020. © Radio France/Maxppp

 

A 5 jours du second tour des élections municipales, la campagne se déplace sur le terrain judiciaire à Perpignan (Pyrénées-Orientales).

Le directeur de campagne du maire sortant Jean-Marc Pujol (Les Républicains) a porté plainte ce 23 juin pour "atteinte à la sincérité du vote". Dans son viseur : un "sondage" donnant vainqueur son adversaire Louis Aliot à 54%, que le candidat et député du Rassemblement National a relayé sur ses comptes Facebook et Twitter. "Sondage" sur lequel plane le plus grand doute.


Les plaignants le présentent d'ailleurs comme étant "une fausse information". Initialement publiée par un site américain, puis relayée par un site catalan d'information locale, cette prétendue enquête d'opinion émane d'un soi-disant "prestigieux institut de recherche des Etats-Unis" baptisé "Sciences Poll".

Derrière le "sondage", un ancien du GUD et d'Occident

 Nos confrères de France Bleu Roussillon, qui ont enquêté, ont découvert que cette société avait été "inventée de toutes pièces" par un certain John Thomas, qui se présente comme "Français devenu Américain" et dont le véritable nom serait Christian Prade, l'un des fondateurs du mouvement étudiant d'extrême droite GUD et ex-membre du groupuscule Occident. C'est ce que nous relations dans un reportage du 19 juin dernier signé Marc Tamon et Laura-Laure Galy.

Par cette plainte nous voulons savoir quels sont les liens entre Louis Aliot et le fondateur du GUD, Christian Prade alias John Thomas qui est à l'origine de ce faux institut.

Bruno Nougayrède, colistier de Jean-Marc Pujol

Louis Aliot plaide la bonne foi

De son côté, Louis Aliot assure "avoir relayé en toute bonne foi, pensant qu'il s'agissait d'une étude sérieuse". Et il contre attaque en annonçant ce même jour vouloir porter plainte, cette fois contre le directeur de l'Office HLM de l'agglomération de Perpignan-Méditerranée, soutien affiché du maire sortant.

Enregistrement téléphonique à l'appui, il accuse ce dernier de pressions, dans le but de capter des voix en faveur de Jean-Marc Pujol :

Les gens qui sont dans les HLM en général n'ont pas de gros moyens : il est facile de faire pression sur eux pour obtenir soit des votes, soit des soutiens. Le plus scandaleux, c'est l'utilisation de ce poste à responsabilités dans le cadre de la mairie et de l'agglomération à des fins de soutien politique et électoral.

Louis Aliot, députe RN et candidat à la mairie de Perpignan

Ce à quoi Jean-Marc Pujol répond que la conversation incriminée s'étant tenue dans un cadre privé, le directeur de l'office HLM était libre de ses propos.

Front Républicain

Louis Aliot était arrivé largement en tête du 1er tour des élections municipales le 15 mars 2020, avec 35,65% des voix. Jean-Marc Pujol, maire depuis 2009, avait totalisé 18,43% des suffrages. Pour le second tour, Agnès Langevine (EELV-PS, 14,5% au 1 er tour), et le député LREM Romain Grau (13%), se sont désistés pour faire barrage au candidat soutenu par le Rassemblement National. Ils appellent à voter pour la liste de Jean-Marc Pujol.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
pays catalan politique élections municipales 2020 élections justice société polémique les républicains rassemblement national
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter