Perpignan : deux hommes, dont un armé lourdement, arrêtés après des tirs et deux écoles sécurisées

Ce matin, peu avant 9h, deux hommes ont été arrêtés en centre ville de Perpignan après des tirs à l'arme lourde. L'un avait tiré avec une arme lourde. Deux écoles ont été sécurisées par précaution par les forces de l'ordre.

L'école maternelle et élémentaire publique Jordi Barre est, avec l'école privée élémentaire Sainte-Thérèse, l'un des deux groupes scolaires à avoir été sécurisés.
L'école maternelle et élémentaire publique Jordi Barre est, avec l'école privée élémentaire Sainte-Thérèse, l'un des deux groupes scolaires à avoir été sécurisés. © FTV France 3 Occitanie /N. Esturgie
Peu après 8h30, des tirs ont été entendus sur l'avenue d'Espagne, à proximité du rond-point des Baléares. Alertée par des riverains et automobilistes, la police nationale s'est immédiatement rendue sur place et s'est retrouvée à prendre en chasse une voiture. A bord, deux occupants.

C'est prés du centre ville, peu avant 9 heures, à proximité du Palais des rois de Majorque, que la voiture a été abandonnée. Les deux hommes prennent alors la fuite à pied, avant d'être finalement interpellés, el'un en possession d'une arme lourde type kalachnikov. 

"S'il rentrait, il faisait un carnage !"

C'était alors au moment des rentrées des élèves dans les écoles du secteur, accompagnés pour la plupart par leurs parents. Certains se sont retrouvés face à lui, comme ce père  :
 

J'ai entendu crier "Arrêtez-le, arrêtez-le !". Je me suis retrouvé face à un jeune assez grand, en short, une kalachnikov à la main et une sorte de fusil d'assaut sortant d'un sac noir en bandoulière. On a tous couru...J'ai crié au portail de l'école "Il y a quelqu'un avec une kalach, fermez le portail ! Ils ont claqué le portail et mis les élèves à l'abri. J'ai tenté de rassurer les enfants qui pleuraient. Dans la tête on s'est dit "il faut protéger les enfants !" S'il rentrait, il faisait un carnage car il y avait des dizaines d'enfants dehors. Il n'avait plus qu'à...Heureusement, il ne visait pas l'école.

Un père d'élève


Par précaution, les deux écoles maternelles et élémentaires du quartier (publique Jordi Barre et privée Sainte-Thérèse) ont été sécurisées et restent sous protection des forces de l'ordre, élèves et enseignants étant en cours.

L'enquête a été confiée au Service Régional de Police Judiciaire.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers éducation société