• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Perpignan : payés pour venir travailler à vélo

Illustration. / © Maxppp
Illustration. / © Maxppp

Ce week-end, c’est la fête du vélo. A Perpignan, une entreprise a ouvert ses portes pour partager son expérience : elle offre une indemnité kilométriques à ses salariés pour qui se rendent sur leur lieu de travail à vélo.

Par @F3Languedoc avec A. Sabatier

Chaque jour, pour  aller au travail Mathieu Faye utilise son vélo. Une volonté pour lui avant tout écologique. Mais pas seulement. Depuis deux ans, son employeur, SOTRANASA, participe à ses frais de déplacement : une indemnité de 25 centimes au kilomètre.

400 € par an


« Ca me rapporte à peu près 400 € par an, explique Mathieu Faye, ce qui me permet de m’équiper correctement au niveau de mon vélo, de réparer mon vélo quand il y a des pannes, sans me ruiner. Ca corrige une injustice, je dirais, il y a des indemnités kilométriques sur les voitures et pour des modes de déplacements propres comme le vélo, avant, il n’y avait rien. »
Perpignan : payés pour venir au travail à vélo
Intervenants : Mathieu Faye (Chargé plan de déplacement entreprise SOTRANASA) ; Bénédicte Navarro (directrice administrative et financière SOTRANASA Perpignan) ; Johan Chando(moyens généraux Crédit Agricole Sud Méditerranée) ;Serge Pioli (association Vélo en Têt Perpignan) Reportage : A. Sabatier, J. Lopez

Depuis le 18 février dernier, la loi sur la transition énergétique permet aux employeurs de bénéficier d'une aide de l'Etat : « jusqu’à 200 € annuels, explique Bénédicte Navarro, directrice administrative et financière de l’entreprise SOTRANASA à Perpignan. Cette indemnité n’est pas soumise aux charges sociales et le salarié n’a pas à le déclarer dans son revenu. »

Hier, l'entreprise de Mathieu  a organisé une journée de sensibilisation. Au programme, ateliers de mécanique et essais en tous genres mais surtout une découverte pour les autres employeurs.

Pas besoin de douche en arrivant !


Outre ces nouveaux avantages. Aller au travail à vélo est devenu tendance. Et avec l'électrique …tout devient possible. « Ils pensent qu’en venant travailler à vélo, il faut prendre une douche en arrivant, il faut se changer. Moi j’ai essayé le vélo électrique, j’ai même pas transpiré ! », s’exclame Serge Pioli, de l’association Vélo en Têt à Perpignan.

Ces aides aux salariés cyclistes sont encore timides. En France, seules 14 entreprises se sont engagées dans cette démarche de développement durable.

A lire aussi

Sur le même sujet

"Essai clinique sauvage" : plutôt une "étude scientifique" pour Henri Joyeux

Les + Lus