Perpignan : une septuagénaire amnésique en quête de son identité

Retrouvée inconsciente dans une rue de Perpignan en février 2018, une septuagénaire a effacé de sa mémoire son passé et son identité. La dame rebaptisée Marie Bonheur cherche aujourd'hui des personnes en mesure de la reconnaître, pour reprendre le cours d'une vie tracée en pointillés depuis 7 mois.

Une information révélée par nos confrères de France Bleu Roussillon pour aider une septuagénaire en quête de sa propre identité.


Les faits remontent à février dernier. Près de la gare de Perpignan, des passants retrouvent la vieille dame, inconsciente et couverte d'ecchymoses.  

Elle ne pesait plus que 40 kilos, vêtue de vêtements masculins.


Emmenée aux urgences dans un état très préoccupant, elle se réveille en ayant tout oublié des circonstances de l'accident jusqu'à...son identité.

 
 

Je me suis retrouvé devant le problème suivant : qui suis-je ? J'étais dans une espèce de brouillard. Ce brouillard ne s'est toujours pas levé depuis.



 

Marie Bonheur comme entorse à la dure réalité



Engluée dans une perte de mémoire, la septuagénaire s'est elle même rebaptisée Marie Bonheur.

Le bonheur comme une belle entorse à un malheureux épisode qui n'a toujours pas connu d'épilogue heureux depuis 7 mois .

Les enquêtes policières n'ont pas débouché sur des pistes concrètes permettant de retrouver trace de l'identité de la femme.

Aucun signalement de personnes disparues ne correspond aux caractéristiques de Marie qui se retrouve, contre son gré, dans une unité médicale sous surveillance.

 

 

Je me suis dit : qu'est ce que je fais là toute seule dans un couloir d'hôpital ? 

 

La peur du passé



Elle souhaite retrouver la mémoire de son identité, sans pour autant revenir vers un passé qu'elle aborde avec crainte et angoisse.

Marie a suivi des séances avec des médecins qui lui ont conseillé de faire des séances d'hypnose pour renouer avec son passé.

Elle craint d'avoir été séquestrée.

 

J'ai trop peur de basculer vers quelque chose de très violent, qui me provoquerait un mauvais réveil.

 

 

 

Un cas qui soulève un problème juridique



Mais Marie Bonheur n'existe pas comme personne physique au sein de la société. Ce qui, de facto signifie qu'elle ne peut prétendre à aucun droits. Elle qui veut quitter son univers médical et retrouver une vie normale, sans contraintes mais aussi sans identité.


 

Sans identité, vous n'avez aucune existence légale en France. Pas de couverture sociale, de revenus ou encore d'accès au logement. Elle n'a pas non plus accès à l'aide juridictionnelle pour entamer des démarches devant la justice. déplore Xavière Lethuillier, mandataire judiciaire à la protection des majeurs.



L'appel à témoins comme dernier recours


Le seul moyen et le plus sur pour retrouver trace du nom et prénom de la dame reste l'appel à témoins, dernier recours pour sortir de cette impasse.

"Il y a forcément des gens qui me connaissent" espère Marie.  La retraitée craint même pour la suite de sa vie et sa reconstruction personnelle.
 

J'ai vécu quelque chose de traumatisant et j'ai dû mettre des barrières. Je me demande s'il est possible de reprendre ma vie... Est-ce que je vais y arriver ?


Un seul moyen pour reprendre le cours de sa vie : retrouver son identité grâce à l'appel à témoins. Sous peine de vivre dans un établissement pour personnes âgées


Si vous reconnaissez Marie, appelez le 06 38 13 77 37 ou envoyez un mail à appel.temoin.marie@gmail.com


Pour que le bonheur de Marie soit total.


 
Cette septuagénaire a été retrouvée en février dernier inconsciente. Elle a perdu la mémoire depuis. Elle est désormais en quête d'identité pour se tourner vers un avenir plus radieux. ©F3 LR



 
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité