Procès de l'accident de car de Millas : la poursuite des débats incertaine

Publié le
Écrit par Josette Sanna .

Après le malaise de la conductrice du car scolaire lors de la dernière audience de ce procès hors normes à Marseille, des incertitudes pèsent sur la suite des débats.

Le procès de la conductrice du car de Millas peut-il se poursuivre ? Si oui, dans quelles conditions? Nadine Oliveira, seule prévenue jugée pour homicides et blessures involontaires depuis le 19 septembre 2022 à Marseille a été hospitalisée suite à un malaise jeudi en début d'après-midi. Le 14 décembre 2017, la collision entre son car scolaire et un TER avait coûté la vie à six collégiens.17 autres adolescents avaient été blessés, dont certains très grièvement.

Pressée de questions par la présidente et les avocats des parties civiles, Nadine Oliveira, 53 ans, était en train une énième fois de tenter d'expliquer ce qu'elle avait vu ou pas vu avant la collision, lorsqu'elle a craqué à la barre, après avoir été prise d'une crise de sanglots inextinguible.

"Trou noir"

Elle a répété en boucle que les barrières du passage à niveau étaient ouvertes, ce que les expertises contredisent formellement, mais aussi parlé aussi d'un "trou noir" sur ce qui s'était passé. La prévenue  qui n'arrivait n'arrive pas à répondre, était revenue sur la scène d'après l'accident : le car coupé en deux, ses occupants et des sièges projetés dehors.

Hospitalisée en cardiologie

La vision de cette scène traumatique l'avait fait s'effondrer totalement. La présidente avait  suspendu quelques minutes. Mais la prévenue évacuée dans une salle jouxtant la salle d'audience n'était pas parvenue à reprendre ses esprits, d'autant qu'une des jeunes victimes était allée la voir. Nadine Oliveira avait alors été hospitalisée dans un service de cardiologie au CHU de Marseille.

Cœur brisé

Selon son avocat, Jean Codognes qui devait lui rendre visite ce dimanche 25 septembre, elle aurait été victime d'un accident cardiaque.  Elle souffrirait du syndrome du cœur brisé aussi appelé syndrome de Taki-Stubo, qui survient après une situation de stress intense.

Poursuivre ?

La reprise du procès ce lundi 26 septembre après l'hospitalisation de Nadine Oliveira pose plusieurs questions. Le procès peut-il se poursuivre sans elle ? La décision appartient à la présidente de l'audience sur avis médical (qui ne lie pas). En fonction de l'état de santé de la prévenue, elle peut suspendre ou poursuivre en son absence puisqu'elle est représentée par un avocat et alors que la présence du prévenu n'est pas obligatoire . 

Suspendre ?

La présidente peut aussi poursuivre en organisant, si c'est possible, le déroulement du procès autour des actes n'exigeant pas sa présence (auditions de parties civiles, réquisitions, plaidoiries...) ou bien  renvoyer le procès.

Quoi qu'il en soit, il reprendra ce lundi matin à 9 heures. Céline Ballerini qui préside ce procès hors normes annoncera sa décision à ce moment-là.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité