L'affaire du "tueur de la gare de Perpignan". 20 ans d'enquête, un travail de fourmis, de fausses pistes, d'actes de procédure. Retour sur une enquête hors norme. Deux des responsables de l'enquête sont auditionnés par la cour.

Il est 3 heures du matin, le 16 octobre 2014. Jacques Rançon avoue le meurtre de Moktaria Chaïb, 17 ans plus tôt, le 21 décembre 1997.

Perpignan traumatisée


C'est la fin d'une énigme qui aura traumatisé la ville de Perpignan de nombreuses années. Jacques Rançon va avouer quelques mois plus tard le meurtre de Marie-Hélène Gonzalez, 22 ans, dont le corps avait été retrouvé atrocement mutilé le 26 juin 1998.

Dans les deux affaires, les investigations se sont poursuivies au fil des années. Des centaines de procès-verbaux établis, plus de 500 témoins entendus et plus d'une centaine d'individus interpellés.

Ce mercredi 21 mars 2018, la Cour d'assises des Pyrénées-orientales entend deux des principaux enquêteurs de cette affaire hors norme : Vincent Delbreilh (SRPJ Perpignan) et Gilles Soulié, ex-directeur SRPJ Montpellier.

Suivez le procès en direct: