Projections dans les cours de promenade à la prison de Perpignan, théâtre de trafics en tous genres

Publié le Mis à jour le
Écrit par Josette Sanna

Des téléphones, de la drogue, des armes. Depuis trois mois, toutes sortes de produits illicites et dangereux sont envoyés dans les cours de promenade de la maison d'arrêt. Les syndicats pénitentiaires tirent la sonnette d'alarme.

"Le soleil vient de se lever, encore une belle journée et il va bientôt arriver le bandit projeteur. Il vient toujours au bon moment avec son shit et ses portables, l’ami de la population pénale, le bandit projeteur. Il choisit toujours la bonne heure, celle où les détenus chantent tous en coeur..." . Le communiqué du syndicat UFAP UNSA de la pénitentiaire reprend une célèbre publicité. De l'humour pour dénoncer un rituel inquiétant à la maison d'arrêt de Perpignan.

Projections quotidiennes

Là-bas c'est un peu comme à la Samaritaine : on trouve de tout.et surtout des produits illicites et dangereux projetés à longueur de journées par des personnes à l'intérieur. Pierre Grousset, secrétaire local du syndicat UFAP UNSA justice tire la sonnette d'alarme.

Depuis le début du mois Octobre, notre établissement est l’objet de projections quotidiennes. Le week-end dernier, une véritable avalanche de produits illicites et interdits s’est abattue sur les cours de promenade.

Pierre Grousset

Secrétaire UFAP UNSA Justice

Un téléphone portable et 23 grammes de produits stupéfiants ont été retrouvés sur les détenus suite à des fouilles à corps à la remontée de la promenade. Dans les zones neutres de l'établissement, 191 grammes de produits stupéfiants et trois bouteilles d’alcool ont été trouvés. Lundi 13 décembre, pour démanteler ce trafic, cinq fouilles de cellules du Centre de Détention ont été programmées avec l’appui de la brigade cynophile  et des ERIS (Équipes régionales d’intervention et sécurité). Quatre portables, des chargeurs et 20 grammes de résines de cannabis en autres été saisis dans les cellules.

Armes

Le même jour en fin de matinée, une fouille des zones communes (douches, salles d'activités) par le personnel  du Centre de Détention a permis de découvrir un couteau de type Laguiole (lame de 6 cm), deux autres portables et chargeurs, ainsi qu'un pot en verre pouvant servir d'arme.

Flagrant délit

Dans l'après-midi, deux individus ont été interpellés par la police nationale en flagrant délit de projections. Dans les zones neutres, 50 grammes de cannabis et 13 grammes d'herbe ont été récupérés.

L’UFAP UNSA Justice souhaite une comparution immédiate débouchant sur une sanction pénale exemplaire, afin de faire stopper les trafics.

Pierre Grousset

UFAP UNSA Justice

Le syndicat renouvelle sa demande de fouille générale à minima du Centre de
Détention : "Il est vital de retirer les armes qui circulent en détention. La sécurité des personnels et des intervenants en dépendent. Les considérations budgétaires ne doivent pas être un frein".

Trafic lucratif

Ce trafic organisé est lucratif. Il aurait rapporté 60 000 euros à un détenu. Un autre aurait acheté une épicerie de nuit avec l'argent gagné grâce à ces projections d'objets en tous genres.

Selon le syndicat seule l'interpellation systématique et la condamnation individus à l'origine de ces trafics pourront y mettre un terme. Les tensions sont monnaie courante à la maison d'arrêt de Perpignan, l'une des plus surpeuplées de France.