Pyrénées-Orientales : 30 ans de réclusion criminelle pour le beau-père de Nolhan

Le verdict est tombé ce jeudi en fin de soirée. Erkan Pekgoz, le beau-père de Nolhan, a été condamné à 30 ans de réclusion criminelle par la cour d’assises des Pyrénées-Orientales pour "violences répétées ayant entraîné la mort". Nolhan, 2 ans et demi, est mort sous les coups en juin 2012.

Les délibérations ont duré moins de deux heures et demi. Erkan Pekgoz, le beau-père de Nolhan, décédé en 2012, a été reconnu coupable par la cour d’assises des Pyrénées-Orientales. Il a été condamné à 30 ans de réclusion criminelle pour « violences répétées ayant entraîné la mort », la peine maximale prévue par le code pénale.

Les jurés sont allés au-delà des réquisitions de l’avocat général qui avait réclamé 25 ans de réclusion.

La maman du petit garçon écope de 5 ans de prison dont deux avec sursis. Elle a été condamnée pour "non dénonciation de mauvais traitements et abstention volontaire d'empêcher un crime".

Nolhan, deux ans et demi, est mort à perpignan en juin 2012 d’une fracture du crâne. Il avait subi un véritable enfer. Les médecins légistes avaient constaté sur son corps de multiples hématomes, des marques de strangulation.