Sécheresse : un tuyau géant en projet pour remonter 500 litres d'eau par seconde et soutenir le débit du fleuve

C'est une proposition du président de la métropole Perpignan-Méditerranée, Robert Vila. Celle de l'installation d'un tuyau au niveau de la station d'épuration de Perpignan, dans les Pyrénées-Orientales, pour soutenir le débit du fleuve la Têt, 35 kilomètres en amont.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Un tuyau d'eau pour alimenter la Têt au niveau d'Ille-sur-Têt, dans les Pyrénées-Orientales. C'est ce que propose le Président de la Métropole Perpignan- Méditerranée, Robert Vila. Une solution pour évacuer les eaux de la station d'épuration de Perpignan, 35 kilomètres en amont de son rejet actuel.

De cette dernière sortent chaque année environ dix millions de mètres cubes. Une eau retraitée et rejetée dans la Têt en aval de la ville, qui se retrouve rapidement dans la mer.

L'objectif : remonter l'eau par un tuyau pour soutenir le débit du fleuve. "Cette eau viendrait sécuriser ce débit. On pourrait continuer à avoir le même débit tout au long de la Têt. L'ensemble des canaux pourraient continuer à prélever ce à quoi ils ont droit", explique Robert Vila.

À lire aussi : Sécheresse dans les Pyrénées-Orientales : de nouveaux lâchers d'eau dans l'Agly pour alimenter les nappes

Deux stations de pompage pour remonter 500 litres par seconde

Pour remonter 500 litres par seconde, il suffirait de deux stations de pompage et d'un tuyau de 800 millimètres. Le tracé serait quant à lui de trente-cinq kilomètres pour un dénivelé de moins de cent mètres. 

Le tuyau ne passerait pas dans le lit de la Têt mais sous les voies sur berges de Perpignan, puis sous la route nationale 116, voire juste à côté, pour éviter de longues enquêtes environnementales.

"On pourrait poser simplement ce tuyau le long de la glissière de sécurité. On pourrait le déposer, ne pas l'enterrer, et dérouler pour aller plus vite", décrit Robert Vila.

Le projet coûterait 50 millions d'euros. Il vient d'être transmis aux services de l'état. Le Président de l'Agglo espère une réponse rapide pour une réalisation avant l'été 2025.

Reportage de Philippe Georget et de Christelle Chabaud