• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Visa pour l'image et le World press réconciliés à Perpignan

Jean-François Leroy et Lars Boering / © Luc Gallais
Jean-François Leroy et Lars Boering / © Luc Gallais

Le World Press reviendra à Perpignan. Le débat vif organisé ce matin entre Jean-François Leroy et Lars Boering à propos des photographies manipulées ou truquées s'est soldé par une série de bonnes résolutions  : changer les règles d'attribution du grand prix photo et renouer avec Visa pour l'image.

Par Titus Holiday et Laurence Creusot

Pour la première fois depuis 26 ans le World Press photo n'était pas exposé à Perpignan.« Ce n’est pas simplement l’histoire du reportage de Troilo sur Charleroi qui a motivé mon choix. Cela fait plusieurs années que le World Press Photo of the year n’en est plus un », explique Jean-François Leroy.

Le directeur de Visa pour l'image Jean-François Leroy a invité Lars Boering le patron du World Press à débattre en public autour de la polémique suscitée par le retrait du prestigieux prix de photojournalisme à l’Italien Giovanni Troilo, accusé de manipulation et distorsion de la réalité. 

Jean-François Leroy reproche avant tout au World Press de ne plus faire la part belle à l’actualité : « Pour moi, la photo de l’année aurait dû traiter de ce qui se passe avec Ebola, Daech. L’actualité ne se déroulait pas dans la chambre d’un homosexuel russe ». La foule rigole, Lars Boering encaisse.

Lorsque le directeur de Visa vante « le classicisme » des photographes exposés à Visa, Boering revendique une vision plus ouverte du photojournalisme : « La photo a changé et elle aura encore changé quand on aura 70 ans. Le World Press doit refléter cette évolution ».

Le directeur général de l’organisation, basée à Amsterdam, a fait part de son vœu « de revenir à Visa l’année prochaine ». Jean-François Leroy ne ferme pas la porte : « On serait très heureux de vous accueillir à nouveau (…) Il faut arrêter la course à la création de catégories. Pourquoi vouloir toujours réinventer le photojournalisme ? » Lars Boering évoque sa lassitude « face à la controverse ». « Les règles de notre prix vont changer en 2016. Il y aura bientôt une seule catégorie au World Press Photo, sur un projet à long terme », promet-il.

Alors, World Press de retour à Perpignan l’an prochain ? « Une collaboration devrait être possible », espère Lars Boering. La salle applaudit. Les deux hommes s’étreignent. Les flashs crépitent. Réconciliés ?

Revoir le live du débat Leroy/ Boering pendant Visa pour l'image ce 3 septembre 


Sur le même sujet

Hérault : un repas en mer en barbecue boat, avec baignade... ça vous dit ?

Les + Lus