• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

La procession de la Sanch à Perpignan : 700 pénitents pour une tradition catalane ancestrale

La procession de la Sanch se déroule en ce vendredi Saint à Perpignan. 700 pénitents traverseront Perpignan pour se présenter devant les quatre principaux lieux de culte.15 000 spectateurs sont attendus. Une tradition catalane ancestrale. / © MAXPPP
La procession de la Sanch se déroule en ce vendredi Saint à Perpignan. 700 pénitents traverseront Perpignan pour se présenter devant les quatre principaux lieux de culte.15 000 spectateurs sont attendus. Une tradition catalane ancestrale. / © MAXPPP

La procession de la Sanch se déroule en ce vendredi Saint à Perpignan. 700 pénitents traverseront Perpignan pour se présenter devant les quatre principaux lieux de culte.15 000 spectateurs sont attendus. Une tradition catalane ancestrale.

Par Olivier Le Creurer

Depuis 603 ans


Depuis près de six siècles, c’est un rituel qui traverse Perpignan, de l’Eglise St jacques jusqu’au centre-ville, en passant par le Castillet, le Vendredi saint : la Procession de la Sanch. Interdite aux 16ème et 18ème siècle, elle a été relancée dans les années cinquante.
Les pénitents de la Confrérie de la Sanch, fondée en 1416, commémorent ainsi la Passion en robes longues et sous leurs cagoules en pointe, nommées "Caparutxa", le tout de couleur noire ou rouge, port ant les « Mistéris » (représentations grandeur nature des scènes de la Passion du Christ) dont certains sont descendus des communes voisines.


700 pénitents traverseront Perpignan pour se présenter devant les quatre principaux lieux de culte : Saint-Jacques, Saint-Jean, la Réale et Saint-Mathieu. Départ à 15h ce vendredi de l'église Saint Jacques pour trois kilomètres de parcours. 15 000 spectateurs sont attendus.
 
 

La tenue du pénitent

  • La Caperutxa : Il s'agit de la coiffe conique, mais par extension on nomme ainsi toute la tenue. Elle est noire pour le pénitent et rouge pour le regidor. Le régidor symbolise le condamné à mort que les confrères accompagnent charitablement au gibet. Au XVIIIe siècle on glissait la queue de la caperutxa sous le bras ou sous le cordon de la ceinture. Certains pénitents riches faisaient porter la traine par leurs domestiques !
  • Le Scapulaire : C'est un objet de dévotion formé de deux morceaux de feutrine bénis réunis par un ruban. Le scapulaire s'attache autour du cou et se porte sous le sac du pénitent. Il symbolise l'appartenance à la confrérie de la Sanch. Ils sont bénis par l'évêque.
  • La Cordelière : C'est le cordon servant de ceinture. Il permettait autrefois de coincer la traine. Sa couleur distingue la paroisse d'origine du pénitent, le rouge étant pour St Jacques, le blanc pour la Réal, le vert et rouge pour St joseph, le vert pour les Saintes épines de St Matthieu et le bleu et rouge pour St Estève et St Laurent de la Salanque.
  • Les chaussures sont obligatoirement noires, mais certains pénitents font la procession pieds-nus. (Source: site les pyrénées orientales.com)

Mais la tradition perdure également dans des petits villages comme celui de Bouleternère. Jeudi soir, 300 personnes ont participé à la procession.

Edition spéciale à 19h15

Nous vous proposons une édition spéciale ce vendredi 19 avril à 19h15. Avec des reportages sur la procession et le portrait d'une consoeur de la confrérie et un invité: Cédrik Blanch, Président de l'archiconfrérie de la Sanch. Une édition présentée par Aude Chéron.

Sur le même sujet

Hérault : une fillette de 20 mois et sa mère retrouvées mortes aux Rives

Les + Lus