Pyrénées-Orientales : le PS emporte 3 des 4 sièges

L'UMP Fernand Siré conserve son siège dans la 2e circonscription. Louis Aliot dépasse à peine 23%.

Par Fabrice DUBAULT

video title

video title

Réaction Ségolène Neuville PS élue P.O.

Nouvelle députée des Pyrénées Orientales dans la 3ième.

Le Parti socialiste a remporté trois des quatre sièges des Pyrénées-Orientales, tous jusqu'ici entre les mains de députés de l'UMP, qui ne sauve que celui de Fernand Siré, bénéficiaire d'un désistement du FN en sa faveur.

Dans la circonscription Perpignan-Rivesaltes, la plus à droite du département (52,24% pour Nicolas Sarkozy au 2e tour de la présidentielle), le député UMP sortant Fernand Siré (50,49%) a battu de justesse, grâce à un report des voix frontistes, la socialiste Toussainte Calabrese (49,51), celle qui avait barré la route de Louis Aliot (FN) aux cantonales de 2011.

Deux cadres du PS catalan, Jacques Cresta (triangulaire PS-UMP-FN à Perpignan) et Pierre Aylagas (Argelès-sur-mer), s'imposent sans surprise au vu des résultats du 1er tour, alors que Ségolène Neuville, 41 ans, donne un troisième siège au Parti socialiste dans la circonscription de Perpignan-Prades.

Mme Neuville inflige une nette défaite (53%-47%) à Jean Castex, conseiller social de Nicolas Sarkozy à l'Elysée, pourtant soutenu par le Front national en vertu d'un appel du FN à ses électeurs à voter pour le candidat UMP.

La circonscription d'Argelès sourit enfin à Pierre Aylagas.

En 2007, il avait échoué de 280 voix face à Jacqueline Irlès (49,75% contre 50,25%). Cette année, il l'emporte largement (55,42% contre 44,58%) contre Mme Irlès. C'est la deuxième fois que la gauche s'adjuge la 1ère circonscription dans le cadre d'une triangulaire avec la droite et le FN. En 1997, le communiste Jean Vila avait été élu.

La 1ère circonscription des Pyrénées-Orientales présente un double enjeu. Le président de la région Languedoc-Roussillon et socialiste le plus influent du département, Christian Bourquin, a annoncé dimanche soir que la campagne des municipales débutait dès lundi, avançant que le PS était majoritaire à Perpignan.

Le numéro deux du FN, Louis Aliot est aussi candidat déclaré à la mairie de Perpignan, actuellement dirigée par le maire UMP Jean-Marc Pujol.

Dans ce département longtemps marqué à droite, la gauche complète sa domination.

Après avoir renforcé il y a un an son contrôle du conseil général, elle s'est octroyée un siège aux sénatoriales de 2011, et compte désormais quatre des sept sièges de parlementaires.

1ère circonscription

I : 67.600

V : 40.723

E : 39.813

Abs : 39,76%

Jacques Cresta (PS) 17.098 42,95% ELU

Daniel Mach (UMP) 13.464 33,82%

Louis Aliot (FN) 9.251 23,24%

2e circonscription

I : 89.077

V : 53.548

E : 50.883

Abs : 39,89%

Toussainte Calabrese (PS) 25.194 49,51%

Fernand Siré (UMP) 25.689 50,49% ELU

3e circonscription

I : 80.123

V : 49.827

E : 48.008

Abs : 37,81%

Ségolène Neuville (PS) 25.458 53,03% ELUE

Jean Castex (UMP) 22.550 46,97%

4e circonscription

I : 92.267

V : 56.996

E : 54.142

Abs : 38,23%

Pierre Aylagas (PS) 30.005 55,42% ELU

Jacqueline Irles (UMP) 24.137 44,58%

La carte des résultats des Pyrénées Orientales

Sur le même sujet

Les + Lus