Cet article date de plus de 4 ans

Quatre gares SNCF d’Occitanie dans le top 10 des plus touchées par les retards de TGV

C'est dans le sud de la France que l'on enregistre le plus de retards de TGV. Selon les données fournies par la SNCF, quatre gares d'Occitanie figurent dans le Top 10 des villes les plus concernées.
Selon les données fournies par la SNCF, l’axe sud-est du réseau SNCF est le plus touché, et de très loin.
En 2016, 44 % des retards totaux se concentraient sur cette seule zone, contre 12,26 %  pour le Nord.

Toulouse et Montpellier en tête


Toulouse et Montpellier, ville les plus touchées par les retards de TGV
Infogram


L’Occitanie fait partie des régions où les TGV sont les plus en retard. Dans le top 10 des villes concernées Toulouse en tête, suivie de Montpellier, en quatrième position Perpignan puis Nîmes.

Toulouse accuse un taux de retard de 19,09% en 2016 contre 16,57% pour la capitale héraultaise.

un train est considéré en retard par la SNCF s’il arrive cinq minutes après son heure prévue pour un trajet de moins de 1 h 30, dix minutes pour un trajet de 1 h 30 à 3 heures, et quinze minutes pour un trajet de plus de 3 heures
 

Selon nos confrères du Monde à chaque ville son explication : Pour Nîmes et Montpellier, certaines portions ne sont pas adaptées à une situation à grande vitesse et beaucoup de trains TGV et TER confondus circulent sur les mêmes voies entraînant un ralentissement aux TGV.

Si de nombreux trains à grande vitesse sont en retard à Toulouse, c'est parce que la ligne Paris-Tououse via Bordeaux, a fait les frais des travaux de la ligne LGV reliant Paris à Bordeaux en tout juste 2 heures.

Le reportage de Pauline Pidoux 

durée de la vidéo: 00 min 44
Quatre gares d’Occitanie dans le top 10 des plus touchées par les retards de TGV ©France 3 LR


A noter que depuis le 1er décembre, dans le cadre du programme Garantie Ponctualité l'entreprise SNCF indemnise les retards supérieurs à 30 minutes sur les réseaux Intercités et TGV quelle que soit la raison du retard.





Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sncf économie transports région occitanie lgv