Région toulousaine : opération de sauvetage pour 700 poules pondeuses destinées à l'abattoir

L'association Champs libres aux poules lance une vaste opération d'adoption pour 700 poules pondeuses de réforme, c'est-à-dire destinées à l'abattoir. Elles viennent du Lot-et-Garonne et ont été samedi 2 octobre réparties dans différents points de collecte en Haute-Garonne, Lot et Tarn-et-Garonne.

Elles ont 18 mois et pour des poules pondeuses, c'est l'heure de la retraite. Et le plus souvent de l'abattoir. "Car à cet âge-là, elles entament leur première mue, perdent des plumes et toute leur énergie passe non pas à pondre mais à refaire leur plumage, elles ne sont plus "rentables"", explique Janet Wilman, bénévole de l'association Champs libres aux poules .

C'est pour leur permettre de couler de (vieux) jours sereins qu'une habitante du Gers, Heidi Carneau, a fondé cette association. L'idée : les sauver de la réforme en leur trouvant des familles d'adoption.

Un animal de compagnie

Ce samedi 2 octobre, une vaste opération de sauvetage a donc eu lieu. En accord avec l'éleveur du Lot-et-Garonne qui s'en sépare, 700 poules rousses ont été acheminées vers différents points de collecte : Caylus et Lauzerte dans le Tarn-et-Garonne, Preyssac dans le Lot, Villemur-sur-Tarn et Ganties en Haute-Garonne. C'est là que les "adoptants" peuvent venir les chercher et faire d'elles des animaux de compagnie.  

Très soucieuse du bien-être animal, l'assocation ne se contente pas de sauver les gallinacées mais elle est également là pour prodiguer des conseils aux futurs propriétaires : comment prendre soin des poules, comment les nourrir, quel habitat leur fournir, etc. Chacun est informé que si la ponte est probable, elle n'est pas garantie. Et qu'une poule peut être curieuse et câline, foi d'adoptants !

Plus de 13 000 poules sauvées

"Qu'elles pondent ou pas, peu importe", reconnaît Josiane Saudeille, habitante de Savarthès, en Haute-Garonne, qui vient d'accueillir quelques rescapées, "moi, j'aime les animaux, tous les animaux. Et c'est normal qu'elles aient une vie dans un bon environnement et tout ce qu'il leur faut'. 

Depuis 2020, Champs libres aux poules a ainsi sauvé 13 043 poules. Elles peuvent vivre trois ou quatre années supplémentaires, la grande fierté de l'association... Dans un premier temps, l'association contactait les élevages pour proposer ce système d'adoption, mais succès aidant, ce sont désormais les élevages eux-mêmes qui, pour certains, prennent attache avec l'association pour un partenariat.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
agriculture économie animaux nature