Cet article date de plus de 5 ans

Régionales Midi-Pyrénées/Languedoc-Roussillon: le ton monte entre le PRG et le PS

Le président du Parti radical de gauche (PRG), Jean-Michel Baylet, a vivement refroidi samedi "l'optimisme" affiché plus tôt par la tête de liste PS aux régionales en Midi-Pyrénées/Languedoc-Roussillon, Carole Delga, sur un accord en vue d'une liste commune au premier tour.
Carole Delga
Carole Delga © AFP

"On pense qu'un accord est possible pour le PRG. Jean-Michel Baylet sera reçu par Jean-Christophe Cambadélis la semaine prochaine. Je suis optimiste pour un accord dès le premier tour. C'est nécessaire. Le PS fera des propositions au PRG, dans le cadre d'un accord national. Localement, dans cette grande région, on a l'exemple d'une union qui a réussi",

avait déclaré Carole Delga lors du lancement de sa campagne en fin de matinée.

Dans un communiqué publié dans l'après-midi, Jean-Michel Baylet a rétorqué : "Contrairement à ce qu'a déclaré aujourd'hui Carole Delga, c'est bien Jean-Michel Baylet et le PRG qui ont, dans un esprit de responsabilité, demandé à rencontrer Jean-Christophe Cambadélis le 9 juillet. Au vu de l'utilisation politique faite de cette initiative par Mme Delga, Jean-Michel Baylet annule ce rendez-vous."

"Une fois encore, le PS confond vitesse et précipitation et agit comme un parti hégémonique ne respectant pas ses partenaires. Le ton et les mots choisis par Carole Delga illustrent le fait que les socialistes (...) nous considèrent comme des valets",

a encore lancé le patron du PRG, qui "ne croit plus à cet accord" et "a donc demandé à ses équipes de continuer la campagne électorale de la liste PRG" pour ces régionales, conduite par la ministre du Logement Sylvia Pinel (PRG).

"L'union est indispensable pour gagner. Je suis la candidate du rassemblement", avait aussi déclaré Carole Delga, ex-secrétaire d'État au Commerce et à l'Artisanat, qui a quitté le gouvernement le 17 juin pour se consacrer à sa campagne.

Avec cette intervention de son président, le PRG, dont le fief est Midi-Pyrénées, réitère cependant son intention de faire cavalier seul.

Réunis en convention le 7 juin, les représentants des radicaux de gauche de la nouvelle grande région Midi-Pyrénées/Languedoc-Roussillon avaient ainsi averti qu'ils présenteraient une liste autonome conduite par Mme Pinel, originaire du Tarn-et-Garonne, "sauf accord éventuel avec le Parti socialiste dans un délai rapide"

Lors du lancement de sa campagne samedi, Carole Delga, députée de Haute-Garonne depuis 2012, a également lancé une forme d'appel au maire de Montpellier, Philippe Saurel (DVG), qui entretient lui aussi l'idée d'une candidature séparée: "Il est passionné par sa ville, et par la métropole de Montpellier. Il souhaite que la métropole de Montpellier soit reconnue à son juste titre. Philippe Saurel défend les intérêts de la métropole montpelliéraine, c'est normal. Mais nous pouvons travailler en complémentarité. Il y a la place pour l'union."

La tête de liste PS était entourée des socialistes Damien Alary et Martin Malvy, actuels présidents des conseils régionaux de Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées. Le premier sera numéro 2 sur sa liste, le second a choisi de ne pas se représenter et sera président de son comité de soutien.

Voir en vidéo le reportage de France 3 Languedoc-Roussillon : 

 

durée de la vidéo: 01 min 47
Carole Delga lance sa campagne






 




Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections régionales politique