Réintroduction de l'ours dans les Pyrénées : la visite de Nicolas Hulot annulée

Le ministre de la transition écologique était attendu de pied ferme dans les Pyrénées. / © MAXPPP
Le ministre de la transition écologique était attendu de pied ferme dans les Pyrénées. / © MAXPPP

Le Ministre de la transition écologique devait se rendre chez nos voisins du Béarn ce lundi 23 juillet pour s'exprimer sur le dossier de la réintroduction de l'ours dans les Pyrénées. Très attendue par les opposants au projet, cette visite serait annulée. 

Par Cécile Frechinos

Son annonce avait fait effet d'une bombe dans les Pyrénées. En mars dernier, Nicolas Hulot, ministre de la transition écologique exprimait sa volonté de réintroduire deux plantigrades en Béarn pour "sauver la souche originelle des Pyrénées". 

En avril dernier, quelques 1200 éleveurs et élus des zones de montagne avaient manifesté leur mécontentement dans les rues de Pau, face à ce plan ours. Et ils n'attendaient depuis qu'une chose : enfoncer le clou lors de la venue du ministre en Béarn promise pour ce lundi 23 juillet. 

Une occasion qu'ils ne pourront pas saisir pour l'instant puisque la visite de Nicolas Hulot serait annulée, sans que l'on en connaisse pour l'instant la raison.  


Consultation du public presque terminée  


Quand le ministre de la transition écologique s'exprimera-t-il sur le plan ours ? Impossible de le dire pour l'heure. Pourtant la phase de concertation auprès de la population est près de s'achever, puisque la consultation du public sur la question de la réintroduction de l'ours, mise en ligne sur le site Internet de la préfecture, s'arrête mercredi prochain 25 juillet.

Une chose est sûre la réintroduction du plantigrade dans les Pyrénées est un dossier explosif. Pro et anti se livrent depuis des années à une guerre sans relâche. En 2017, un groupuscule armé s'était même mis en scène dans une vidéo pour en appeler à la chasse à l'ours. 

Des anti-ours régulièrement remontés par des attaques de troupeaux. Il y en aurait eu 162 en 2017. 

 

Sur le même sujet

Baillargues : fermeture d’un des passages à niveau les plus dangereux de France

Les + Lus