Rugby : tragique disparition de l'ancien joueur Christophe Dominici, les réactions en Occitanie se multiplient

La disparition brutale du rugbyman Christophe Dominici, à l'âge de 48 ans, endeuille le monde du rugby. En Occitanie, les réactions se multiplient à l'annonce de son décès.
© MAXPPP
L'ex-rugbyman international Christophe Dominici est décédé ce mardi 24 novembre, à l'âge de 48 ans. L'annonce, faite par son ancien club le Stade Français, bouleverse le monde du sport en général, du rugby en particulier. Selon l'AFP, il a été retrouvé mort mardi dans le parc de Saint-Cloud, près de Paris. Il est monté sur le toit d'un bâtiment désaffecté du parc en début d'après-midi, avant de sauter, a précisé une source policière. Une enquête pour recherche des causes de la mort a été ouverte par le parquet de Nanterre (région parisienne).

Les hommages de joueurs, anciens ou actuels, se multiplient en Occitanie, à l'image de Vincent Clerc, ancien ailier du Stade Toulousain et du XV de France, ou de Yannick Bru, ancien coéquipier de Dominici avec les Bleus.
 
Joint par téléphone, Fabien Pelous, ancien deuxième ligne du Stade Toulousain et du XV de France, qui a notamment côtoyé Christophe Dominici sur les bancs de l'université de droit et d'économie du sport de Limoges, après la fin de leurs carrières respectives, accuse le coup.

"C'est un choc. J'en garde le souvenir d'un camarade de jeu et de vie très jovial, sans doute extraverti, mais avec qui on avait plaisir à partager du temps. Avec toujours l'envie d'aller vers les autres, de faire une blague... Son comportement sur le terrain, c'était un peu le prolongement de ce qui se passait dans sa vie, il fallait toujours faire bouger les choses. C'est peut-être aussi pour ça qu'il a multiplié les projets après la fin de sa carrière."

Une reconversion dans les affaires

Reconverti après sa carrière, Christophe Dominici avait entraîné les lignes arrières du Stade Français en 2008/2009,  tout en investissant dans plusieurs affaires : le prêt-à-porter, le vin, l'embouteillage d'eau ou encore l'équitation. Dernièrement, il s'était attaqué au rachat du club de Béziers (Pro D2) sans parvenir à ses fins.
 

Un ailier de caractère

Présent sur le terrain lors de victoires historiques du XV de France (demi-finale de coupe du monde contre la Nouvelle-Zélande, en 1999, quart de finale en 2007 toujours contre les All Blacks), cet ailier au caractère et aux chevauchées parfois insaisissables aura marqué l'histoire des Bleus et des clubs où il a évolué, notamment le Stade Français, où il joua onze saisons durant, remportant avec lui cinq fois le championnat. Pour le Gersois Patrick Tabacco, ancien international qui l'a côtoyé en équipe de France et au Stade Français entre 2000 et 2004, l'annonce de son décès brutal est un véritable coup de tonnerre.

"Christophe, c'était un bon vivant, qui aimait les gens, qui aimait les fédérer. Quand je suis arrivé au Stade Français en 2000, c'est avec lui et le président Max Guazzini que j'ai passé ma première soirée parisienne autour d'un verre...Il aimait prendre la parole, rassurer quand il y avait des doutes, il savait trouver les mots pour les plus jeunes..."
 

Il était très philosophe dans sa vision des relations humaines, sur sa façon de voir la vie, sur ses priorités. C'était un artiste, un artiste sur le terrain, un artiste dans la vie, qui était parfois dans un autre monde, que je ne comprenais pas toujours à l'époque mais que je comprends mieux maintenant que j'ai arrêté ma carrière.

Patrick Tobacco, ex-international français, ancien joueur du Stade Français

 

 

L'hommage des All Blacks

Les All Blacks ont également tenu à rendre un dernier hommage à ce joueur hors-norme, disparu trop tôt : "Petit par la taille, mais un titan sur le terrain, Christophe Dominici, nous te t'oublierons jamais. Repose en paix, cher ami".
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
rugby sport disparition hommage société