Sondage régionales 2021 : avantage à la présidente sortante Carole Delga

En cas de division à droite de la droite, la présidente sortante de la Région Occitanie arriverait en tête au premier tour des élections régionales. Carole Delga devancerait largement la liste du Rassemblement National. Résultat d'un sondage Ifop-Fiducial pour Sud Radio.

Carole Delga élue présidente du Conseil régional de Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées le 4 janvier 2016
Carole Delga élue présidente du Conseil régional de Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées le 4 janvier 2016 © MAXPPP

C'est une première tendance à quelques mois des élections régionales. Selon un sondage Ifop-Fiducial pour Sud Radio, Carole Delga arriverait largement en tête au premier tour (25% des suffrages) devant la liste du Rassemblement National (16%) emmenée par Jean-Paul Garraud. Cette liste RN pourrait être concurrencée par une éventuelle candidature de Robert Ménard, allié à Brigitte Barèges (14%).

Derrière, trois listes au coude-à-coude : celle de La République en Marche et du Modem conduite par Vincent Terrail-Novès (12%), celle des Républicains et de l’UDI menée par Arnaud Viala (11%), et celle d’Europe Ecologie Les Verts par Antoine Maurice (10%).

Enfin, la liste de la France Insoumise conduite par Manuel Bompard recueillerait 8% des suffrages.

Carole Delga conserverait 70% de son électorat de 2015

Enseignement intéressant de ce sondage : Carole Delga pourrait récupérer 70% de son électorat de 2015. Alors que son principal concurrent, la liste du RN ne récupèrerait "que" 54% des voix données à Louis Aliot aux dernières régionales.

L'institut Ifop fait l'analyse suivante : le RN pourrait souffrir de la concurrence de la liste Ménard-Barèges (qui bénéficierait du vote de 31% des électeurs Aliot). Cette dernière perturbe aussi le jeu à droite en captant 28% de l’électorat de François Fillon en 2017 et 12% de celui de Dominique Reynié en 2015. 

Autre enseignement : les équilibres globaux sont relativement stables par rapport au premier tour des régionales de 2015 : la liste conduite par Carole Delga y avait rassemblé 24,4% des suffrages, celle de Louis Aliot 31,8% (contre 30% à date d’aujourd’hui si l’on additionne les intentions de vote pour les listes Garraud et Ménard-Barèges) et celle de Dominique Reynié 18,8% (un score pas si éloigné des 23% cumulés des listes LREM et LR dans la présente intention de vote).

Quels rapports de force à gauche ?

Outre la question d’une liste unique ou duale à la droite de la droite, l’incertitude pour les prochaines élections régionales en Occitanie tient dans les rapports de forces à gauche : avec respectivement 8% et 12% d’intentions de vote, LFI et EELV ne feraient séparément pas beaucoup mieux que la liste EELF-FG-PO de Gérard Onesta en 2015 (10,3%). Réunies, elles doubleraient le potentiel électoral de la gauche hors majorité régionale.

En 2015, la liste de Carole Delga l'avait emporté au second tour face à Louis Aliot et Dominique Reynié avec 44,8% des suffrages.

NB : l'enquête a été menée auprès d’un échantillon de 905 personnes inscrites sur les listes électorales, extrait d’un échantillon de 1 007 personnes, représentatif de la population d’Occitanie âgée de 18 ans et plus. La représentativité de l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas (sexe, âge, profession de la personne interrogée) après stratification par département et catégorie d'agglomération. Les interviews ont été réalisées par questionnaire auto-administré en ligne du 16 au 22 décembre 2020.

 

   

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections régionales 2021 politique élections région occitanie