Cet article date de plus de 8 ans

Le succès grandissant de la viande de taureau de Camargue

La viande de taureau de Camargue, qui bénéficie d'une AOC, est-elle en train de profiter du scandale de la viande de cheval? En tout cas les ventes sont en hausse constante et constituent un revenu désormais essentiel pour bon nombre d'éleveurs.
Longtemps, le taureau de Camargue a été réservé à la tauromachie et à la course camarguaise. Une activité qui ne suffit plus désormais à rentabiliser les élevages. La vente de viande de taureau de Camargue est donc devenue un complément essentiel à l'activité des éleveurs.

Une viande vendue en circuits courts

Les consommateurs apprécient la commercialisation en circuits courts, souvent directement chez le producteur et la traçabilité de cette viande rouge sombre, maigre, savoureuse et parfumée, rappelant le gibier.
durée de la vidéo: 01 min 32
Le succès grandissant de la viande de taureau
Car le taureau de Camargue bénéficie d'une Appellation d'Origine Contrôlée (AOC) depuis 1996. Une AOC qui contraint les 95 éleveurs, répartis sur 500 000 hectares entre Hérault, Gard et Bouches-du-Rhône, à abattre et à découper la viande dans la zone de production. On ne recense ainsi qu'un seul abattoir et 5 ateliers de découpe.

Elevé en semi-liberté

Issu de deux races dont les seuls croisements sont autorisés (Camargue et Brava), le taureau de Camargue est le seul en Europe à être encore considéré comme sauvage. Car il est élevé en semi-liberté.
D'avril à novembre, il se nourrit seul dans la partie humide du delta du Rhône. En 2005, la production annuelle s'élevait à 350 tonnes de viande pour 16000 têtes de bétail (chiffres INAO).
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
alimentation économie