Affaire Amandine Estrabaud : 30 ans de nouveau requis contre Guerric Jehanno, déjà condamné 2 fois à 30 ans de prison

Le 5e et dernier jour du procès de Guerric Jehanno s’ouvre ce vendredi devant la cour d’Assises de Montauban (Tarn-et-Garonne). L'avocat général a de nouveau requis 30 ans de prison contre le suspect dans la disparition d’Amandine Estrabaud. Il avait déjà été condamné deux fois à 30 ans de réclusion criminelle.

Amandine Estrabaud a disparu à Roquecourbe dans le Tarn en 2013. Le principal suspect, Guerric Jehanno est accusé de l’avoir enlevé, séquestré, violé puis tué. Il a déjà été condamné à deux reprises à 30 ans de réclusion.

Depuis le 22 janvier, un 3e procès se déroule devant les Assises de Montauban (Tarn-et-Garonne). Le verdict précédent avait été annulé par la cour de cassation en raison d’un vice de procédure. À l’issue de ce nouveau procès, l'avocat général à de nouveau requis 30 ans de prison à son encontre.

Un acte impulsif

“Guerric Jehanno n’a pas préparé son geste”, 3 heures durant, les deux avocats de la partie civile ont déroulé leur plaidoirie. Ils ont raconté comment, selon eux, le jeune homme a violé et tué Amandine Estrabaud, après l’avoir croisée à l’arrêt de bus et ramené chez elle. Pour étayer leur théorie, de nombreuses preuves contredisent les affirmations du principal suspect. Comme par exemple, le fait qu’il affirme être resté sur le chantier, mais son téléphone borne à 11h30 à Roquecourbe, le village d’Amandine.

Les avocats ont rappelé aux jurés qu’avant eux, deux cours d’Assises l’avaient condamné à 30 ans de réclusion, soit une cinquantaine de jurés, et de magistrats convaincus de sa culpabilité. 

 À la fin de sa plaidoirie, Maître Debuisson, l’avocat de la famille a enjoint Guerric Jehanno à avouer car “tout le désigne, même sans corps”. Des aveux pouvant réduire sa peine à 20 ans de prison. Le jeune homme se crispe, se mord les lèvres, et reste muet.

Ce vendredi 26 janvier est le dernier jour de ce procès. La journée sera consacrée aux réquisitions avant de laisser la parole à la Défense puis au verdict.