Consommation. "Bio", "local", "direct producteur" : on vous dit pourquoi il faut être attentif aux fruits et légumes que vous achetez

Après plusieurs contrôles de fruits et légumes dans des enseignes et des supermarchés du département du Tarn-et-Garonne, les services de l'Etat ont constaté de nombreuses fraudes sur leurs provenances et sur les mentions des produits. Des revendeurs profitent de l'engouement des circuits-courts pour tromper le consommateur.

Habitants du Tarn-et-Garonne et touristes, ouvrez bien l'œil lorsque vous choisissez vos fruits et vos légumes. La crise sanitaire a modifié les habitudes de consommation. La recherche de produits locaux de qualité a entraîné le développement des ventes en "circuits-courts" ou en direct chez le producteur. Une aubaine pour certains revendeurs peu scrupuleux. "Bio", "local" ou "de nos fermes". Les services de l'Etat ont en effet repéré plusieurs pratiques dans ce secteur, pour tromper le consommateur... On revient sur ces fraudes avec quelques chiffres à retenir.

  • 109 visites effectuées

Tout au long de l'année, des contrôles renforcés sont effectués dans le secteur des fruits et des légumes pour s'assurer du respect de la réglementation et de la provenance exacte des produits.

Les enquêteurs du service Concurrence, Commission et Répression des Fraudes (CCRF) ont effectué 109 contrôles auprès de différents opérateurs de la filière : grandes surfaces, commerces, producteurs, grossistes...

  • Des anomalies qui s'élèvent à 21 %

La période estivale est considérée comme l'un des temps forts pour la consommation de légumes, mais surtout de fruits. Après l'ensemble des contrôles effectués à l'approche ou pendant l'été, un chiffre ressort : 21%. Il correspond au taux d'anomalie global calculé concernant les conditions de commercialisation et l'usurpation des mentions valorisantes à but commercial : " bio", "locaux"...

  • Manquements et infractions dans 39% des commerces

Dans 39 % des établissements sédentaires contrôlés : grandes et moyennes surfaces, commerces, des manquements et des infractions ont été constatés. Il s'agit pour la plupart d'absence d'affichage de l'origine des produits ou des mentions obligatoires lors de vente au détail. Il y a aussi des origines mensongères, des produits annoncés comme venant de France, mais qui viennent en réalité de l'étranger et inversement.

Pour les enquêteurs de la CCRF, cela traduit pour les plus grandes structures une mauvaise gestion des rayons et une méconnaissance de la réglementation pour les plus petites, sans qu'il y ait forcément d'intentions frauduleuses. Ces établissements ont fait l'objet de six avertissements et une injonction.

  • 7 avertissements administrés sur les marchés

Les marchés ne sont pas épargnés non plus par ces pratiques, même si le taux d'anomalie est nettement plus bas : 23%. 7 avertissements ont cependant été dressés par les autorités de l'Etat concernant la plupart du temps l'absence d'affichage sur le pays d'origine du produit.

  • Des pratiques frauduleuses en baisse par rapport à 2022

Et si ces résultats des contrôles peuvent paraître alarmants, ils s'améliorent. L'année dernière, en 2022 les résultats étaient plus importants quant aux fraudes évoquées. Les consommateurs peuvent effectuer un signalement des produits alimentaires en allant sur la plateforme Signal Conso.

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité