• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Contre les traités de libre-échange, les agriculteurs passent à l'action à Montauban

© Karen Cassuto
© Karen Cassuto

La colère des agriculteurs contre la signature des traités de libre-échange. Ils ont manifesté ce mercredi soir et déversé des pommes pourries et autres déchets devant la préfecture du Tarn-et-Garonne à Montauban.

Par PL avec Karen Cassuto et Thierry Villeger

Dans le Tarn-et-Garonne, les agriculteurs de la FNSEA (Fédération Nationale des Syndicats d'Exploitants Agricoles) et les jeunes agriculteurs du CDJA (Centre des Jeunes Agriculteurs) sont passés à l'action ce mercredi soir. 

Installés dans un premier temps sur un rond-point à l'entrée de Montauban, ils ont distribué des tracts aux automobilistes. Objectif : alerter et sensibiliser les consommateurs. Les agriculteurs l'afirment : les traités de libre-échange que sont le Ceta et le Mercosur, touchent tout le monde.
 

Deux traités polémiques

Le Ceta est un accord commerçial entre le Canada et l'Union-Européenne.
Il fait débat puisque l'agriculture canadienne ne répond pas aux normes sanitaires européennes.

Des échanges ont eu lieu à l'Assemblée Nationale ce mercredi 17 juillet. Les vifs débats ont continué jusque tard dans la nuit. Le vote, qui devait avoir lieu le jour-même, a finalement été reporté à mardi 23 juillet. Dans un hémicycle fourni, le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian a défendu d'emblée un "accord important" dans un climat mondial "préoccupant", vantant le bilan "positif" de son application provisoire depuis près de deux ans.

Le texte controversé supprime notamment les droits de douanes sur 98% des produits échangés entre les deux zones. Il doit être ratifié par les 38 assemblées nationales et régionales d'Europe, d'où son examen à l'Assemblée, puis au Sénat à une date qui reste à définir.  

Même combat pour le Mercosur. C'est un traité qui existe déjà entre plusieurs pays d'Amérique du Sud : le Brésil, l'Argentine, le Vénézuela, le Paraguay et l'Uruguay. Un accord entre ces pays et l'Union Européenne aurait des conséquences désastreuses selon les agriculteurs du Tarn-et-Garonne. La France n'a pas encore signé cet accord, annoncé par la Commission européenne, le 28 juin dernier. 
 

"N'importons pas l'agriculture que nous ne voulons pas"

Concrètement, au Canada et en Amérique du Sud, les viandes peuvent être nourries à la farine animale et traitées avec des hormones ou encore des antibiotiques de croissance. Ces pratiques sont interdites en France. Ainsi en France, chaque vache par exemple, possède un numéro qui constitue sa carte d'identité. C'est comme ça que l'on peut savoir d'où elle vient, et par où elle est passée. Dans les pays du Ceta et du Mercosur, la traçabilité de la viande n'est pas obligatoire.
 

On ne saura plus ce qu'il y a dans nos assiettes ! 


Pour la FDSEA 82 le problème est double : d'une part les consommateurs mangeront des produits aux OGM et autres produits phytosanitaires, et d'autre part il s'agit selon le syndicat d'une concurrence déloyale pour les agriculteurs français. 
 

Déverser des déchets dans l'espoir de se faire entendre  

Une douzaine d'agriculteurs sont arrivés avec leurs tracteurs et se sont garés autour du rond point d'Aussonne, à Montauban. Chaque remorque était remplie de pommes pourries et de détritus divers et variés.

Après un barbecue tous ensemble, les 150 agriculteurs présents sont partis en convoi en direction de la préfecture où ils ont vidé leurs remorques.  
 
 
Les agriculteurs de toute la région multiplient les actions ces dernières semaines contre les accords Ceta et Mercosur.


 

Sur le même sujet

Collioure : une dizaine de personnes blessées par une fusée de feu d'artifice

Les + Lus